Expérience de La Poste : les taxis saisissent la Répression des fraudes

Après Uber, voilà que les taxis pourraient faire face à une nouvelle concurrence, celle de La Poste. Le groupe postal lance en effet une expérimentation qui ferait de ses facteurs des chauffeurs pour seniors. L’union nationale des taxis a saisi la Répression des fraudes.

Installation d’adaptateurs TNT, portage de repas ou de médicaments… La Poste essaie depuis plusieurs années de pallier la baisse de l’activité courrier en diversifiant les missions de ses agents, notamment auprès des seniors. Bientôt, les facteurs pourraient devenir chauffeurs pour personnes âgées. C’est en tout cas le concept que va expérimenter le groupe postal dans les prochaines semaines sur le secteur de Belleville, qui couvre 35 communes.

Concrètement, selon un document interne qu’a pu se procurer Le Lanceur, les facteurs opéreraient cette nouvelle mission pour le compte de Citizen Mobility, une entreprise parisienne, elle-même mandatée par la communauté de communes de Belleville et du Beaujolais. (Les détails de la mise en œuvre de cette expérimentation sont à lire ici.)

Si l’essai venait à être concluant sur le secteur de Belleville, cette prestation pourrait alors s’étendre à l’ensemble du territoire.

La DGCCRF saisie

Mais cette nouvelle expérimentation interpelle les syndicats de postiers, comme FO qui interroge sur l’organisation, la formation et les responsabilités des employés des postes quant à la prise en charge du transport de personnes âgées. Ils ne sont pas les seuls à grincer des dents. L’Union nationale des taxis a d’ores et déjà saisi la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes pour “obtenir des éclaircissements et des explications” sur cette expérimentation. Selon la teneur de la réponse de la DGCCRF, l’Union des taxis pourrait par la suite déposer une plainte.

On ne laissera pas cette expérimentation se faire”, prévient Jean-Paul Durant, le président de l’Union nationale des taxis dans le Rhône. Particulièrement remonté, il décrit la potentielle entrée de La Poste sur le marché du transport de personnes comme “une concurrence déloyale”. “Tout cela me paraît totalement illégal. De quelle autorisation de transport de personnes à titre onéreux dispose La Poste ? Les facteurs ont-ils une carte professionnelle de VTC par exemple ? Dans quel cadre légal pourraient-ils exercer cette activité ?” interroge-t-il notamment.

à lire également
Pierre-Yves Gomez © Antoine Merlet
Pierre-Yves Gomez est économiste, essayiste et professeur à l’EM Lyon, où il dirige l’Institut français de gouvernement des entreprises. Dans L’Esprit malin du capitalisme (Desclée de Brouwer, 2019), il montre comment le capitalisme s’approprie tous les aspects de notre existence et dans quelle mesure il influence nos modes de vie. Entretien.
1 commentaire
  1. FEFI - 4 mai 2016

    Si c'est dans les campagnes, ou sans voiture on est coincé? pas dans les villes ou les banlieues avec possibilité de transport en commun. La Poste est-elle encore un service public pour se faire?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut