Touraine
© Tim Douet

Euthanasie : pour le député du Rhône Jean-Louis Touraine, la société française est prête

L’Assemblée nationale doit débattre jeudi 8 avril d’une proposition pouvant aboutir à la légalisation de l’euthanasie. Dans une tribune Jean-Louis Touraine, député LREM du Rhône, défend cette mesure.

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, Jean-Louis Touraine, député de la 3e circonscription du Rhône, estime que la société française est prête pour la légalisation de l’euthanasie. Cette prise de parole fait suite au vote de la proposition de loi "garantissant une fin de vie libre et choisie" en commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale ce mercredi 31 mars.

L'objectif est de mettre fin au "mal mourir" français

Une nouvelle dont se réjouit Jean-Louis Touraine, soutien historique de la légalisation de l’euthanasie, "C'est une authentique avancée humaniste, qui garantit à chacun son autonomie et son choix, tout en réaffirmant le droit à un accès aux soins palliatifs". Il rappelle que 2 000 à 4 000 euthanasies clandestines sont réalisées en France, "souvent à l’insu des personnes concernées elles-mêmes".

Que contient la proposition de loi ?

La proposition de loi "prévoit ainsi la possibilité, pour une personne en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable lui infligeant des souffrances inapaisables, de bénéficier d'une assistance médicalisée active à mourir" sous le contrôle d’un collège de médecin, chargé de s’assurer de l’impasse thérapeutique. Une autre commission devra s’assurer du consentement de la personne.

Une obstruction parlementaire venant des rangs de LR

La proposition de loi soutenue par 225 députés de tous les bords politiques aura toutefois du mal à passer. Elle est portée par Olivier Falorni dans le cadre de la niche parlementaire du groupe Libertés et Territoires. Pour faire barrage à la proposition de loi, certains députés, majoritairement LR, ont décidé de mener une obstruction parlementaire en déposant plus de 2 700 amendements. Or le texte ne pourra être mis au vote que si l’examen des amendements aboutit avant la fin des débats.

Une posture critiquée dans une autre tribune signée par 272 députés dépassant les clivages politiques, également diffusée par le JDD. Ils dénoncent "fermement cette obstruction, qui est la négation du travail parlementaire" et demandent au contraire un débat "digne et apaisé". Réponse jeudi à l’Assemblée nationale.

1 commentaire
  1. Jol - dim 4 Avr 21 à 20 h 24

    bien sur que la population est prete
    il est dommage que quelques pesonnes freinent des 4 fers pour empecher cette avancée indispensable

    Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut