Rhônexpress
© Mr. Ibou

Est de Lyon, alternatives, prix : Rhônexpress va être renégocié !

Le contrat Rhônexpress, navette entre Lyon Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry va être renégocié par la métropole de Lyon et le Sytral. Plusieurs objectifs sont visés.

À un an des municipales 2020, c’est une annonce qui devrait faire son effet en matière d’usage. Le Sytral et la métropole de Lyon vont renégocier le contrat Rhônexpress, navette entre l’aéroport Saint-Exupéry et Lyon Part-Dieu. L’annonce a été faite ce vendredi après-midi par Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral.

Trois objectifs ont clairement été mis en avant : une amélioration de la desserte de l’Est lyonnais, la mise en place de solutions concurrentielles alternatives, mais aussi la diminution des tarifs excessifs pour les usagers. Ces trois points sont toujours plus au coeur des enjeux en matière d’usage.

Désengorger l'Est

En effet, pour l’Est lyonnais, le tram T3 partage une partie de sa ligne avec Rhônexpress, ce qui limite grandement la possibilité d’ajouter des rames et d’augmenter la cadence. Dans le contrat qui lie actuellement le Sytral au service de navettes, stipule que le T3 ne doit pas nuire à la fréquence de Rhônexpress. Aujourd’hui, elles sont une dizaine à circuler en simultané, mais, pour faire face à la demande grandissante, ce chiffre devrait être doublé, selon plusieurs sources. Par ailleurs, le président de l’Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas espère l’arrivée du tram à l’année à proximité de son stade, ce qui n’est pour l’instant pas possible, dans l’état actuel, puisque cette navette peut potentiellement nuire à la cadence Rhônexpress. En mars, Jean-Michel Aulas confiait ainsi à Lyon Capitale, “Il faut que l’arrêt de tram situé devant le stade puisse être connecté au réseau T3. Cela a été freiné lors de la fusion entre la métropole et le département du Rhône avec l’accord Rhônexpress. Cela pénalise le Sytral, puisqu’ils n’ont pas le droit d’utiliser la voie. On ne donne pas satisfaction aux utilisateurs.”

Développer des alternatives

En ce qui concerne les alternatives en matière de transports en commun, elles sont tout simplement impossibles pour le moment, là encore à cause du contrat qui interdit toute forme de concurrence à Rhônexpress, garantissant le monopole. Ainsi, le Sytral avait dû interrompre deux lignes de bus desservant l’aéroport Lyon Saint-Exupéry, la 29 et la 30. Un contentieux est toujours en cours avec Rhônexpress sur cette question. La présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda est revenu plusieurs fois sur cette absence de concurrence. Dans une interview donnée à Lyon Capitale en mars, l’élu défendait l’idée d’avoir des alternatives : "il faut trouver une solution, à la fois pour déployer le T3 et régler les problèmes de saturation, et proposer des lignes de bus vers l’est. À Londres, vous avez le choix de prendre une ligne normale ou une ligne express. Si on veut payer plus pour un service plus, très bien, mais on doit travailler avec Rhônexpress pour une alternative, un service moins performant et moins cher".

Faire baisser les prix

Enfin, pour les tarifs "excessifs", c’est l’un des points les plus critiqués autour de Rhônexpress. L’aller-retour est aujourd’hui facturé 27,80 euros. Un prix considéré comme l’un des plus chers d’Europe pour une navette vers l’aéroport et qui n’est pas sans engendrer quelques crispations. Ces dernières ont tendance à se faire toujours plus fortes notamment par l’absence de concurrence qui permettrait de faire des choix et des arbitrages temps/prix du service. En 2017, Rhônexpress a réalisé un chiffre d'affaires de 16 859 400 euros (contre 15 718 900 en 2016). De son côté, le résultat net avait grimpé à 1,281 million. Une excellente santé financière qui devrait permettre au Sytral et la métropole de Lyon d’accentuer la pression lors des futures négociations. Les deux espèrent pouvoir faire baisser le prix du ticket.

Une première réunion est prévue fin avril, avec comme objectif de signer un avenant d'ici l'automne. David Kimelfeld a missionné Gérard Claisse pour le représenter au nom de la métropole lors des futurs échanges avec Rhônexpress. Les regards seront donc tournés vers les futures discussions, avec à la clé une possible révolution en matière d'usage et de transport vers l'Est et l'aéroport.

6 commentaires
  1. MiFa69 - ven 12 Avr 19 à 22 h 08

    Enfin le monopole honteux de Rhone-Express pourra(it?) être revu.
    Cette situation inique est insupportable et elle est devenue un frein pour le développement de la gare TGV et celui de l'aéroport, en particulier les vols low cost.
    Le ‘service public’ n’est pas assuré, le service est mauvais, le trajet est long, la fréquence et la régularité sont insuffisantes. ASSEZ.
    Comment nos politiques (Mercier & Co.) ont-ils pu laisser en place un tel héritage ?
    Restons prudent, attendons de voir. Les lyonnais doivent être très vigilants face à la solution qui sera proposée.

  2. Gilles B - sam 13 Avr 19 à 0 h 39

    "une possible révolution en matière d'usage et de transport vers l'Est et l'aéroport"... conclusion en apesanteur par rapport à l'article... On est dans du contrat. Du bras de fer juridique. Entre l'actionnaire Vinci et le service public. La réalité est que l'on paie souvent à peu près le même prix pour un transport de 20km vers l'aéroport que pour aller à l'autre bout de la région; C'est incompréhensible, pour ligoter.

    1. Bernard Girard - sam 13 Avr 19 à 0 h 47

      Bonjour

      A un petit détail près : quand vous prenez un billet de TER jusqu'à l'autre bout de la Région, vous êtes loin d'en payer le prix total : La Région, via l'argent de nos impôts, en subventionne une part importante.

      Quand au contraire, vous prenez le Rhône Express, vous payez le prix de revient effectif, et la marge de Vinci.

      Mais si Vinci est évincé, on pourra en effet augmenter les cadences du T3, créer un service tramway à portée des travailleurs de la zone aéroportuaire, rouvrir des lignes de bus reliant des communes de la périphérie Est lyonnaise à cette zone aéroportuaire :
      Bref, on remplace un système destiné à rapporter un bénéf à Vinci par un système davantage au services des populations.

  3. Hedika@sfr.fr - sam 13 Avr 19 à 8 h 13

    Bonjour,
    Ce monopole sur le transport et les magouilles lié à ce contrat est une honte pour notre ville. Vous imaginer un bus pour aller à l'aéroport de Genève coûte à peine 12 euros !
    12 ans que ce contrat existe et PERSONNES ne le remet en cause, juste une petite discussion entre amis avant les élections de 2020, J'espère que les lyonnais vont y réfléchir pour leurs votes!
    Merci le président de la métropole de Lyon et le maire aussi, croyer moi les lyonnais sont très en colère.....

  4. Zbart - sam 13 Avr 19 à 22 h 00

    Tellement honteux d avoir laissé signer un contrat aussi scandaleux ! j'espère bien que cela va aboutir a quelque chose de valable et de correct car c est une véritable mascarade ce contrat actuel !

  5. Hedika@sfr.fr - dim 14 Avr 19 à 7 h 29

    Peut on relancer la pétition de Mme
    Lola MALLET a lancé cette pétition adressée à Sytral , Syndicat des Transports pour le Rhône et l'Agglomération Lyonnaise ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut