En Auvergne-Rhône-Alpes, la fracture numérique touche les plus démunis

L'Insee révèle que 15 % des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes seraient touchés par l'illectronisme, l'illettrisme du numérique.

C'est un sujet qui n'a jamais été autant d'actualité. Avec la numérisation des démarches administratives, l'illectronisme devient un handicap dans l'accès aux droits. L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié en décembre une étude sur la situation en Auvergne-Rhône-Alpes, elle révèle qu'un million d'Auralpins est "susceptible d'être en situation d'illectronisme", soit 15 % de la population totale.

11 % des Auralpins ne disposent pas d'accès à Internet

Concrètement cela signifie que ces personnes ne se connectent jamais à internet ou manquent de compétences de base parmi lesquelles la recherche d'une information, la communication, l'utilisation de logiciel ou l'accès à des services administratifs. L'étude révèle des freins matériels à l'usage d'Internet. Ainsi, 11 % des Auralpins ne disposent d'aucun accès à internet depuis leur domicile, c'est un point de moins que la moyenne nationale. Parmi eux, les trois quarts ont 60 ans et plus.

Source : Insee

Seul 3 % des 15-44 ans sont touchés

Le principale facteur jouant sur l'illectronisme est sans surprise l'âge. Ainsi, seulement 3 % des 15-44 ans sont touchés contre 39 % des 60 ans et plus, indépendamment du matériel qu'il détienne. L'Insee précise que plus qu'un effet d'âge, ces données révèlent un effet de génération. "Les personnes âgées de demain devraient être, à âge égal, moins concerné par l'illectronisme", détaille l'institut.

Le niveau de diplôme : facteur clé

Les personnes les moins diplômées sont aussi celles qui sont le plus touchées par la fracture numérique. 26 % des personnes peu ou pas diplômées seraient touchées par la fracture numérique, contre 3 % pour celles diplômées de l'enseignement supérieur. Logiquement, les cadres et professions intermédiaires sont touchées à hauteur de 1 et 2 % contre 9 et 11 % pour les ouvriers et agriculteurs.

Source : Insee

Des disparités territoriales

Enfin, les habitants de l'Ouest de la région sont les plus touchés. Dans le Cantal et l'Allier, 22 % des habitants sont concernés par l'illectronisme. A l'inverse, les départements plus denses du Rhône, de l'Ain, de l'Isère et de la Savoie et Haute-Savoie ne sont touchés qu'à hauteur de 13 à 15 % de leur population. Selon l'Insee, "ces différences territoriales s’expliquent surtout par la structure de la population.
Celles du Cantal et de l’Allier sont ainsi plus âgées que celles des cinq départements de l’est, moins diplômée et moins qualifiée".

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut