Elections à Lyon : Kimelfeld veut "une écologie partagée, accessible et pour tous"

David Kimelfeld, candidat à l'élection à la métropole de Lyon, a présenté ce jeudi le volet environnemental de son programme, "pour une écologie partagée, pour tous". Il souhaite ainsi la mise en place "d'une prime tous vélos", des "halles de l’alimentation durable" favorisant les circuits courts "à des prix accessibles", mais aussi la possibilité de délibérations d'initiatives citoyennes, de référendum locaux et d'un conseil où 300 citoyens seraient tirés au sort, avec pour objectif de "mobiliser largement pour accompagner et réussir la transition environnementale".

Ce jeudi, le candidat à la métropole de Lyon, David Kimelfeld, a présenté les nouvelles mesures environnementales de son programme "adapté à la crise", souhaitant lier "économie, emploi, social et écologie".

Dès son introduction, il a ainsi adressé un tacle à Gérard Collomb et François-Noël Buffet : "j'entends beaucoup parler de front anti-verts, d'écologie plaisir, d'écologie punitive, je ne sais pas ce que ça veut dire. Je veux une écologie partagée, pour tous, où l'on pense à l’environnement, la santé, une écologie socialement acceptable. Pour toutes les mesures proposées, il faudra voir l'impact sur les 10 % des familles les plus précaires, c'est important en matière de transition". L'actuel président de la métropole, candidat à sa succession, a ainsi présenté de nouvelles dispositions "pour mobiliser largement, accompagner et réussir la transition environnementale".

Une carte pour tous les transports

"Le matin, on ne prend pas son vélo ou les transports en commun pour sauver le climat, on prend le mode le plus efficace pour aller d'un point A à un point B. Les gens veulent un transport fiable sans difficultés pour circuler, à nous de proposer des lignes dans ce sens. A ceux qui nous promettent la voiture à hydrogène, elle n'arrivera pas avant dix ans et ne règle pas les problèmes de la congestion", a ainsi lancé David Kimelfeld, proposant de faire du Sytral "l’opérateur commun de tous les transports métropolitains. Avec une seule et même carte ou application, pour que l’usager puisse avoir accès facilement aux transports en commun, à la voiture à la demande BlueLy, aux Vélo’V, aux navettes fluviales, au réseau ter-express, aux trottinettes, à l’auto-partage, etc. et passer de l’un à l’autre en toute simplicité"

Par ailleurs, il propose la mise en place d'une prime de 100 euros pour l'achat de tous type de vélo (dans la limite de 50 % du prix d’achat) et de maintenir celles de 500 euros mise en place ces dernières semaines pour accompagner le déconfinement (valable pour les vélos à assistance électrique ou cargo, mais aussi pour les triporteurs destinées aux artisans et commerçants).

Pour faire face aux changements climatiques, notamment lors des épisodes de canicule, le candidats souhaite l'installation de "haltes fraîcheurs". 150 points seraient placés dans l'espace public avec "des ombrières, des arbres de grande taille et des espaces végétalisés, des fontaines, brumisateurs (en circuits-fermés), jeux d’eau (en circuit fermé, pour les enfants) et ateliers".

Plus de participation citoyenne

Pour le candidat, la transition écologique ne pourra se faire "qu'avec tous", avec "des nouvelles formes de gouvernance". Ainsi, il aspire à la création d'un budget participatif à hauteur de 35 millions d'euros par an, "pour financer les projets proposés par les habitants", la mise en place de délibérations d'initiatives citoyennes, "Avec un minimum de 50 000 signatures, les habitants de la Métropole pourront faire inscrire à l’ordre du jour du Conseil Métropolitain" et la création de la "convention citoyenne métropolitaine pour les générations futures". Cette dernière réunirait 300 citoyens tirés au sort et des représentants qualifiés de la société civile pour débattre et proposer des projets.

Enfin, l'actuel président de la métropole souhaite la mise en place d'un référendum citoyen pour interroger une à deux fois par an les habitants sur les grands projets. En marge de sa conférence, interrogé sur la mobilisation contre la création d'un entrepôt Amazon à côté de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, David Kimelfeld s'y est dit "totalement opposé", accusant le géant américain de détruire des emplois (lire ici).

Des halles de l'alimentation durable

Le nouvel ajout le plus important de ce programme reste la construction de "halles de l'alimentation durable", un projet inspiré par toutes les initiatives qui ont eu lieu durant le confinement. Présentes dans chacunes des circonscriptions, ces halles seraient basées sur les circuits courts "avec des produits locaux, de saison, à des tarifs accessibles à tous car sans intermédiaire, où il serait possible également de commander des produits du territoire".

"Pour accompagner le consommateur vers de nouvelles pratiques plus durables et moins chères". "Les plus fragiles ne vont pas vers les circuits courts actuels qui leur semble trop cher, ni vers les plateformes, il faut permettre la création d'alternatives pour tous", a lancé le candidat. Ainsi, ces halles seraient accompagnées de "Une cantine solidaire de quartier où l’on pourra manger le midi et le soir des repas simples, à prix coûtant et de bonne qualité".

Deux autres mesures permettraient de renforcer "ce bien manger local, à prix accessible" : un label "produits locaux du territoire métropolitain", "pour permettre à tous les habitants d’identifier rapidement les produits cultivés dans un rayon de 50 km sur notre territoire" et un "chèque alimentation pour tous", "pour permettre aux bénéficiaires des minimas sociaux de recevoir tous les mois une aide de 50 € pour acquérir des produits bénéficiant du label local".

Le candidat en a profité pour adresser un conseil aux écologistes : "dans la nouvelle version de leur programme, ils sont passés 100 % de local à 50 %. Je pense qu'on peut être à 80 % sur ce mandat. J'ai envie de leur dire : ne baissez pas les bras maintenant, c'est la meilleure façon de faire moins que ce que vous annoncez".

Entre les Verts avec la Gauche et LFI et l'alliance LR et Collomb, celui qui se présente comme une autre voie possible, espère bien imposer une vision de l'écologie qui partirait des intérêts directs de chaque individu à court, moyen et long terme.

8 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 17 juin 2020

    Bon, et sinon, il a voté contre l'agrandissement du centre commercial de La Part Dieu ?

    Il s'est opposé au bétonnage du champs de 20 ha à la limite de Lyon et qui a été bétonné par Ikéa et Leroy Merlin ?

    Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

    1. Jol - 17 juin 2020

      vous etes en adoration pour les espaces commerciaux ou ils faut aller en voitures
      pas moi c'est plutot bien intégré

      pourquoi pas une renovation de la part dieu et une ouverture sur la Ville?

      contre tout est votre choix?

      1. Abolition_de_la_monnaie - 17 juin 2020

        Belle digression mais je préfère parler du côté "protection de la nature" vendu par votre candidat. Alors en quoi augmenter de manière énorme les capacités de ce centre commercial qui appartient à une multinationale qui possède déjà Lyon Confluence, va aider "le commerce de proximité en circuit court, ceci pour protéger l'environnement ?"

        🙂

  2. Jol - 17 juin 2020

    Des positions équilibrées pas d'integrisme mais du pragmatisme et une experience positive
    il sait de quoi il parle et concerte ce qui n'est apparemment pas le cas de ses adversaires

    1. Gilles B - 17 juin 2020

      Il est aux manettes depuis plusieurs années... Qu’a-t-il fait durant ce temps contre les pics de pollution ? Les nanoparticules ? Son programme ne propose rien là-dessus. Personne, d’ailleurs. Il a longtemps louvoyé sur l’anneau des sciences.

      1. Abolition_de_la_monnaie - 17 juin 2020

        Il est bien obligé de "concerter" vu qu'il est tout seul. :o)

      2. Olivier - 18 juin 2020

        On pourra toujours reprocher à quelqu'un de ne pas en faire assez, même à un extremiste...

        On peut pas vraiment dire que la métropole n'a fait rien sur ces sujets, c'est certes lent, peu équitable géographiquement, et pas forcément les moyens que l'on voudrait, mais le sujet n'a rien de simple, il y a quand même pas mal d'intérêts divergents. Et après louvoiement, Kimelfeld a fini par se positionner contre l'anneau des sciences, pour quelqu'un à qui on reproche de concilier, c'est plutôt un geste fort.

        Dans cette campagne municipale, on nous a annoncé plein de solutions simplistes, qui vont de l'autoroute écologique aux zones piétonnes sans concertation, ce que ce mandat sera, même avec un gagnant fortement polarisé, sera plus proche du compromis proposé ici, avec ou sans Kimelfeld.
        Ce vote, ce sera finalement demander 100€ pour en avoir 51, et malheureusement pour Kimelfeld, il propose tout de suite 50,5€, sa position équilibrée risque de le déservir, alors qu'il est sur le papier, celui qui réunit le moins de vote "contre".
        C'est la malédiction du centre : raisonnable pour tout le monde, mais jamais assez pour chacun.

  3. franck69 - 18 juin 2020

    si abolition de la monnaie pouvait arreter de partager son point de vue cela permettrait d'avoir un paratge d'opinion. vois etes toujours a tout critiquer mais vous ne proposer jamais rien donc cela ne sert a rien

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut