la cause des parents

Dix ans après, toujours pas de maison de naissance à Lyon

INTERVIEW - La Cause des parents fête ses dix ans les 9 et 10 octobre prochain à la Croix-Rousse. Dix ans d'existence d'un lieu de parole unique à Lyon pour les parents, et toujours, l'espoir d'ouvrir une maison de naissance un jour à Lyon. Elisabeth Martineau, co-fondatrice de l'association et Chantal des Roseaux, coordinatrice, font le bilan de ces dix années écoulées et des combats qu'il reste à mener.

- Lyon Capitale : Combien d'adhérents avez-vous aujourd'hui à "La cause des parents" à Lyon Croix-Rousse ?

- Chantal des Roseaux, coordinatrice : 280 familles sont adhérentes et 1500 usagers participent à nos activités.Au début nous étions quinze à Chazay d'Azergues (69).

- "En devenant parent, on naît à de nouvelles questions, on se sent parfois seul pour y répondre …". C'est votre devise. Mais que proposez-vous concrètement aux parents qui viennent vous voir ?

- Elisabeth Martineau, co-fondatrice, ancienne directrice : Nous organisons des rencontres entre parents, auxquelles on peut assister avec son enfant. Elles ont lieu tous les jeudi après-midi et un samedi par mois. C'est l'occasion de discuter entre parents sur un sujet donné ou sur ce qui nous travaille dans l'instant. A Mornant, des groupes de paroles existent aussi, à Oullins, Saint-Symphorien-sur-Coise. L'association rayonne dans tout le département. Mais c'est aux parents de créer des groupes de paroles. Il n'y a pas de professionnels, pas de tabou. Résultat, on se sent un peu moins seule quand on entend une autre maman dire qu'elle a été réveillée cinq fois dans la nuit par son nouveau-né. Il y a beaucoup de questions aussi sur l'éducation. Le fait d'en parler ; ça fait son chemin, on est transformé quand on rentre à la maison. Enfin, on a toujours quelqu'un à appeler en cas de besoin.

- Chantal des Roseaux : On fait partie d'un réseau, les enfants grandissent, les questions sont infinies ...

- Elisabeth Martineau : Et puis, quand les enfants vont à l'école, les parents se sentent souvent seuls. Françoise Dolto a créé La Maison verte à Paris, c'est une très bonne idée, il faudrait plus de structures comme celle-là. On parle du baby blues, mais quand on se retrouve seule à la maison avec un bébé qui braille, on craque, c'est inévitable. En plus, on est souvent loin de nos familles. Il faut pouvoir en parler …

- Qu'est-ce qui a changé en dix ans à la cause des parents ? De nouveaux besoins, de nouvelles demandes se sont-elles fait sentir ? Comment vous êtes-vous adaptés  ?

- Elisabeth Martineau : Par rapport à la naissance, il y a dix ans, notre objectif était de dire : les parents ont leur mot à dire. Et bien, en dix ans, les parents ont vraiment pris leur place. Aujourd'hui, ils se renseignent plus sur l'accouchement, la naissance. C'est le fait d'Internet aussi. Deuxièmement, à l'heure on l'on fabrique des méga-structures, des méga-pôles de l'accouchement [comme HFME à Bron, ndlr], notre fonction d'accompagnement, de dialogue est plus importante que jamais. Quand on a commencé, il y a avait encore de petites maternités à Décines, aux Minguettes. Elles ont disparu. Enfin, on a plus de reconnaissance. On fait partie de la Commission régionale de la naissance et du réseau régional Aurore de périnatalité. On est plus entendu qu'il y a dix ans ....On espère que ça va continuer.

- Dix ans après, vous voulez toujours créer une maison de naissance à la Croix Rousse ?

- Elisabeth Martineau : Oui, mais nous sommes un peu découragés. La France est tellement serrée, coincée. Il faut attendre que tous les papiers soient en règle avant de bouger. Isabelle Brabant [sage-femme qui a créé les premières maisons de naissance au Québec, NDLR] est venue en France en 2003, elle nous a dit "qu'est ce que vous attendez, il faut le faire !". Évidemment, ce n'est pas la même mentalité au Canada, ce sont des pionniers. Le pays est neuf, il y a tout à faire. En France, il y a beaucoup de craintes. Si un bébé meurt en suite de couches à l'hôpital, on n'en parle pas. Mais si un enfant meurt après un accouchement à domicile, c'est la fin d'une carrière de sage-femme. Sans parler des assurances pour les sages-femmes qui pratiquent l'accouchement à domicile, qui sont très chères, ce qui explique certainement qu'une seule sage-femme pratique l'accouchement à domicile à Lyon. Tout cela n'aide pas à l'émergence de maisons de naissance et cela reste illégal en France en 2010. Mais peut être que cet anniversaire va nous redonner du courage pour faire bouger les choses …

Pour plus d'informations sur les dix ans de l'association, rendez-vous sur le site de La Cause des Parents

à lire également
Stéphane Bouillon
Le préfet du Rhône, Stéphane Bouillon, vient de décréter une fermeture administrative de 3 mois contre l’auto-école Permis Libre. Une décision forte qui arrive dans un contexte déjà marqué par l’affaire PermiGo.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut