Dieudonné à Lyon ? La LICRA n'en veut pas

La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme interpelle le maire de Lyon pour qu'il exerce des pressions sur le Transbordeur. Objectif : empêcher la venue prévue le 24 octobre de l'humoriste que la LICRA considère comme un "militant d'extrême-droite".

Dieudonné persona non grata à Lyon ? La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) veut tout faire pour que celui-ci ne se produise pas au Transbordeur, comme c'est prévu pour le 24 octobre. Son porte-parole régional, Patrick Kahn, demande à la mairie de Lyon, qui a accordé une délégation de service public à la salle de spectacles, de faire capoter la date. La LICRA rappelle que Dieudonné avait le 26 décembre dernier décerné "le prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" au négationniste Robert Faurisson devant un parterre de nouveaux amis parmi lesquels Jean-Marie Le Pen.

Lyoncapitale.fr : Vous demandez l'interdiction du spectacle de Dieudonné. Quid de la liberté d'expression ?

Patrick Kahn : Ce n'est plus une opinion. Quand on développe des thèses négationnistes et antisémites, c'est un délit. On est sur le terrain du droit et personne n'est au-dessus des lois. Reprenons les conclusions de la présidente de la chambre correctionnelle de Paris qui demande une peine d'un an de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende pour avoir "tourné en dérision et avili sciemment avec une dose de sadisme les souffrances que la communauté juive a endurées".

Au-delà de cette polémique, se pose aussi une question : est-ce qu'il est possible en France d'être antisioniste ?

Tout à fait. D'ailleurs il y a des Juifs antisionistes. Mais Dieudonne se retranche derrière le faux nez de l'antisionisme quand nombre de ses dérapages sont antisémites. Il s'est rapproché de l'extrême-droite, a réhabilité Faurisson, s'affiche avec des mouvements salafistes.

En stigmatisant Dieudonné, ne lui faites-vous pas de la publicité ?

C'est l'éternelle question qui nous est posée. Nous ne le considérons plus comme un humoriste. C'est un militant d'extrême-droite qui développe des thèses négationnistes, qui instrumentalise le conflit israélo-palestinien pour opposer les communautés. Imaginons Le Pen inviter Faurisson à un meeting : on ne serait pas posé cette question. On serait monté au créneau.

Certains partisans de Dieudonné, sans épouser toutes ses thèses, regrettent le peu d'importance accordé au génocide arménien, rwandais ou à la colonisation comparé à la Shoah. Qu'en pensez-vous ?

Si ce n'est les antisémites, personne ne fait de hiérarchie dans les génocides et les souffrances des peuples. Il n'y a pas de marché mémoriel. La Shoah est toutefois incomparable car il y a eu une volonté d'éradiquer un peuple dans sa totalité, ce qui n'est pas présent dans le génocide arménien. Si la guerre avait duré quelques années de plus, cet objectif aurait été atteint. Nous combattons toutes les formes de racisme. Nous allons par exemple faire condamner pour propos racistes un joueur de foot amateur qui avait insulté un joueur africain.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut