Des plantes à la place des voies de bus à Lyon : la Ville à Vélo dit non

La concertation publique n'aura rien changé, ni l'avis de certaines associations. Lyon a décidé de maintenir son projet de végétalisation de la rue Edouard Herriot où les bacs prendront la place des couloirs de bus et espaces pour les modes doux. Pour la Ville à Vélo ce projet va rendre "la presqu’île encore moins cyclable et plus dangereuse pour les cyclistes".

Une concertation publique qui n'aura servi à rien ? Le projet de végétalisation de la rue Edouard Herriot a au final très peu évolué entre le moment où il a été présenté en juin et son vote devant le conseil municipal en juillet. Il consiste toujours à poser des bacs en bois contenant plantes et arbustes à la place des couloirs de bus qui sont également empruntés par les cyclistes et autres utilisateurs de modes doux. Camion, bus, vélo, voiture ou tout autre mode de transport partageront donc les 3,5 mètres de largeur de la chaussée. Seule concession de la ville de Lyon : la rue Édouard Herriot devient un double-sens cyclable et il sera possible de la prendre en direction du sud. Une immense majorité de citoyens avait demandé à la ville de revoir son projet en profondeur lors de la concertation en ligne (toujours disponible ici). Cette mobilisation sans précédent n'aura donc rien changé. Chez les participants plusieurs voix commencent à s'élever pour demander "Pourquoi demander l'avis des gens si personne n'en tient compte à la fin ?".

La Ville à Vélo monte au créneau

L'association La Ville à Vélo s'interroge elle aussi sur ce point. Début juin, elle avait déjà regretté un aménagement qui "qui prévoyait de réduire l’espace alloué aux transports en commun et aux vélos et demandé à Gérard Collomb de revoir son projet en profondeur". La Ville à Vélo a été reçue le 27 juin par les services et élus où elle a pu découvrir les nouveaux visuels "maintenant la suppression des voies bus-vélos mais incluant un double-sens cyclable. Ses représentants leur ont signifié leur désaccord, les double-sens cyclables constituants de piètres compensations au sacrifice des voies-bus".

L'association continue de dénoncer la dangerosité du projet pour les cyclistes, "malgré la concertation", "contraints de rouler sur la même voie que bus, voitures et camions". Ainsi, La Ville à Vélo demande désormais à Gérard Collomb d'interdire le trafic de transit dans les rues concernées, "restreindre l’accès aux seuls riverains, livraisons, taxis, bus et bien sûr vélos, pendant la durée de l’expérimentation proposée. La création de rues à trafic automobile très limité permet en effet la cohabitation des différents usages. Cette mesure, associée à la végétalisation irait véritablement dans le sens d’un cœur de ville plus vivable ; à la fois plus apaisé, moins pollué et bruyant". La bonne intention de végétalisation, que personne ne remet en question, se profile aujourd'hui une possible dégradation de la mobilité sur le secteur. Pas sûr que ceux qui n'ont pas été écoutés pardonnent s'il s'avère qu'ils avaient raison depuis le début.

à lire également
3 commentaires
  1. vieux caladois - 3 juillet 2019

    ils préfèrent les voitures ?

  2. vieux caladois - 3 juillet 2019

    finalement, réflexion faite, la meilleure solution serait d'interdire les trottoirs aux piétons pour que vélos et trottinettes puissent y circuler sans danger

  3. Cob55 - 4 juillet 2019

    Comment peut on lire çeci alors que Lyon prône le vélo , c'est vraiment désespérant, et oui bientôt plus de place pour les piétons... On rêve ou plutôt on cauchemarde

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut