Daniel Buren, "désespéré" par la place des Terreaux

L'artiste Daniel Buren, à l'origine du réaménagement de la place des Terreaux en 1994, se dit "écoeuré" par l'état de la place aujourd'hui, et réfléchi à une action en justice contre la municipalité.

Dans un entretien accordé au Progrès de ce lundi, l'artiste Daniel Buren, notamment à l'origine des colonnes du Palais Royal à Paris, fustige l'état de la place des Terreaux et le manque d'action de la municipalité. Il déclare qu'à ce jour, pour voir la place des Terreaux rénovée par la mairie, "la seule solution, c'est une action en justice. (...) Sans une action en justice, je pense, je suis convaincu, qu'ils ne veulent rien faire."

L'artiste critique ardemment Gérard Collomb, "même pas foutu de voir devant sa fenêtre", en affirmant que "l'image que l'on donne de cette place et de la ville est horrible". Il se dit "désespéré", ne voulant "plus mettre les pieds place des Terreaux", ce lieu "complètement à l'abandon".

D'après l'artiste ayant imaginé les 69 jets d'eau bordés de 14 piliers de la place, "rien n'est fait pour conserver" l'oeuvre publique. Lors de son installation, seul une petite partie de la place était accessible aux camions et bus. "Deux mois après", ils ont commencé à circuler, ce qui a entraîné la détérioration et le dérèglement de la place au cours des années. Le projet de Daniel Buren avait coûté 21 millions de francs en 1994.

Aujourd'hui, un léger réaménagement de l'oeuvre serait envisagé en fin de mandat. La baisse des dotations de l'Etat aux municipalités, qui réduit les budgets des projets culturels et d'aménagements, menace toutefois cette volonté. De plus, ces travaux sont particulièrement délicats, en raison de la présence du parking sous-terrain et de la couverture très fine qui les sépare.

Cet été, une réfection de la chaussée des Terreaux a néanmoins eu lieu : ce chantier, totalement différent de l'oeuvre de Burren, faisait parti d’un plan de plus de 26 millions d’euros destiné à embellir la Presqu’île durant ces cinq prochaines années, dans le cadre de la PPI.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut