Chrystelle Desmurger travaillant sur l’une de ses créations pour sa marque, The Black Alchemy © Sacha Stork (montage LC)
Chrystelle Desmurger travaillant sur l’une de ses créations pour sa marque, The Black Alchemy © Sacha Stork (montage LC)

Créateurs lyonnais : Chrystelle Desmurger, Alchemy joaillière

Depuis presque dix ans, Chrystelle Desmurger et Sacha Stork écrivent à quatre mains l’histoire de The Black Alchemy. Formée à l’école Émile-Cohl, la jeune femme s’est tournée vers la joaillerie et crée ses propres bijoux. Inspirés par la nature, ils naissent, tout en finesse, dans le Vieux-Lyon et s’exportent jusqu’au bout du monde.

À quelques pas de la rue Saint-Jean où déambulent les touristes, Chrystelle Desmurger s’attelle à son ouvrage. Minutieusement, elle s’empare d’une lime à métaux et taille dans un minuscule bloc de cire ce qui pourrait devenir la bague rêvée d’une future mariée. À 34 ans, la jeune femme s’est déjà fait une place précieuse dans le cercle de la joaillerie lyonnaise. Après des études à l’école Émile-Cohl, elle avait entrepris de devenir illustratrice, puis s’est tournée, par passion, vers la sculpture. Pour créer des bijoux. “J’ai eu comme un déclic lorsque Robert, un sculpteur, m’a montré une magnifique bague cygne.” L’idée germe, jusqu’à l’éclosion d’un univers floral où s’entremêlent les pierres précieuses. “Une des bagues phares de la marque, c’est Nymphéas, élaborée à partir du jardin de Giverny de Claude Monet.” La créatrice s’inspire de la nature et met un point d’honneur à sublimer les matériaux qu’elle utilise. Entre ses mains, les blocs de cire difformes deviennent des créations délicates. Tout en finesse, les pétales éclosent, les tiges se torsadent et laissent apparaître des pierres précieuses, au choix du client. “Sur les bagues, le client peut choisir son métal, et sa pierre. Les combinaisons sont presque infinies, c’est ce qui rend le bijou unique.” Argent, vermeil, or ou 18 carats, la collection se décline et s’agrandit. The Black Alchemy, depuis bientôt dix ans, oscille entre créations originales de la joaillière et demande spécifique des clients.

Rechercher l’authenticité

Chrystelle s’est lancée dans l’aventure avec son compagnon, Sacha Stork, qui est devenu webmaster, photographe, community manager et petite main. À deux, ils ont construit un socle solide, où l’authenticité est de mise. “L’idée, c’est avant tout de me faire plaisir. C’est pour cette raison que je veux créer à la main, et que nous travaillons exclusivement avec des artisans lyonnais.” Chrystelle sculpte et les prototypes sont envoyés à leurs artisans : une fonderie d’art, un sertisseur et parfois un doreur, tous Lyonnais. “Nous sommes à Lyon, une ville importante dans l’histoire de la joaillerie, rappelle Sacha. C’était essentiel pour nous de pouvoir profiter du savoir-faire lyonnais.” “Et ce sont des artisans joailliers qualifiés, leurs retours et leur expérience sont capitaux, ajoute Chrystelle. C’est cette proximité que nous recherchions.” Collaboration, le maître-mot de la créatrice. “Une de nos bagues phares, Peonies, a été réalisée en collaboration avec Sasha Tattooing, une tatoueuse allemande. J’ai réalisé la bague et elle a dessiné un tatouage unique. C’est très enrichissant de travailler avec d’autres artistes.”

Au cœur des histoires d’amour

Le style de Chrystelle en séduit plus d’un. Les clients sont nombreux, et certains n’hésitent pas à commander des pièces depuis le bout du monde. “Un jour, une cliente a eu un coup de cœur pour une bague. Elle l’a achetée avant de rentrer chez elle, à New York. Quelques mois plus tard, son compagnon nous contactait en secret pour faire réaliser sur mesure une bague de fiançailles”, raconte Chrystelle. Le sur-mesure, c’est aussi une grande partie du travail de la créatrice, qui ne se ménage pas pour satisfaire ses clients. “Certains arrivent avec leurs pierres, ou leur or, et me demandent des pièces complètement nouvelles. C’est très galvanisant, parce que j’ai l’impression de toujours créer des choses nouvelles.” Elle imagine, dessine et sculpte des bijoux qui seront portés par des clients comblés. Sur leur site Internet, Sacha tient un journal de bord. Les bijoux y sont dévoilés en même temps que les histoires d’amour. À mesure qu’elle crée des pièces uniques, Chrystelle entre dans la vie de ses clients, qui lui envoient ensuite des photos de ses créations. “Nous avons même décidé de livrer en mains propres la bague de fiançailles pour notre client new-yorkais.” Une histoire unique, à l’image du bijou, qui s’est soldée par l’invitation au mariage des clients américains.


Bague The Black Alchemy © Sacha Stork
© Sacha Stork

CARTE D’IDENTITÉ DE LA MARQUE

Marque : The Black Alchemy – Créatrice : Chrystelle Desmurger – Cofondateur : Sacha Stork

Boutique : Nuan-C, 8 rue de la Bombarde, Lyon 5e – Site www.theblackalchemy.com – Instagram @theblackalchemy


[Article publié dans Lyon Capitale n°785 – Février 2019]

à lire également
Interview formation - L'école de mode et de marketing du luxe Supdemod forme à Lyon depuis 1952 les talents de demain. Juste avant une journée portes ouvertes le 9 mars, son directeur Jamal Hammouch revient sur ces secteurs "qui font rêver et paradoxalement fait peur aux parents". 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut