Hôpital de la Croix-Rousse @WilliamPham

Covid-19 : Omicron, l'explosion des cas, les hôpitaux, le point complet sur la situation à Lyon ce vendredi avant Noël

Comment qualifier la situation à Lyon avant Noël ? Le nombre de cas de covid-19 est très important, il va continuer à augmenter, avec l'arrivée du variant Omicron, très contagieux. La grande question est de savoir si les formes graves vont se multiplier... C'est la question clé, qui va déterminer bon nombre de décisions dans les jours à venir.

Le variant Omicron se répand "à très vive allure" en France et il pourrait devenir majoritaire entre Noël et Nouvel An", a expliqué ce mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. "L'épidémie risque de repartir en trombe", a ajouté le porte-parole du gouvernement. Le variant Omicron est beaucoup plus contagieux que le variant Delta. Le nombre de cas va exploser ces prochains jours, c'est une certitude désormais. Nombre de Français vont passer Noël positifs et isolés. Plus de 100 000 nouveaux cas/jour sont attendus en France juste après Noël. Minimum.

A Lyon et dans le Rhône, Omicron représente, actuellement, 11 % des nouvelles contaminations, d'après les derniers chiffres. C'est moins qu'en Ile-de-France, par exemple, où le variant est très présent. Du coup, l'explosion du nombre de nouveaux cas est moins importante pour le moment à Lyon. Mais avec un variant beaucoup plus contagieux, ce n'est qu'une affaire de jours. Omicron va prendre le dessus, et le nombre de nouveaux cas va largement augmenter. A Lyon aussi.

A Lyon, quelle est la situation ?  La circulation du virus à l'instant t sur un territoire se mesure grâce au taux d'incidence. C'est un indicateur clé. Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire.

Jamais, depuis le début de l'épidémie, il n'y a eu autant de cas à Lyon

Dans le département du Rhône, d'après les derniers chiffres stabilisés au lundi 20 décembre, le taux d'incidence est de 760 (les données prennent donc en compte la période entre le mardi 14 décembre et le lundi 20 décembre). Après une forte hausse fin novembre, le nombre de nouveaux cas s'était stabilisé pendant une semaine. Il repart désormais à la hausse, avec l'arrivée du variant Omicron. Une hausse pour l'instant encore assez mesurée dans le département. Mais les chiffres stabilisés s'arrêtent au lundi 20 décembre. Or, avec Omicron, le nombre de nouveaux cas augmente fortement chaque jour. Les nombreux cas enregistrés mardi 21, mercredi 22 et jeudi 23 décembre ne sont pas encore comptés dans le taux d'incidence. Et 91 000 cas ont été enregistrés en France jeudi 23 décembre, un record.

A coup sûr, à Lyon, le taux d'incidence va fortement augmenter dans les prochains jours. A un niveau jamais atteint. C'est simple, pour résumé, dans quelques jours, il n'y aura jamais eu autant de personnes avec le covid-19 en même temps à Lyon. Une marée de positifs.

Dans le Rhône, c'est chez les 30-39 ans, actuellement, que le virus circule le plus.

Moyenne du taux d'incidence : 760

  • 0-9 ans : 773
  • 10-19 ans : 838
  • 20-29 ans : 986
  • 30-39 ans : 1078
  • 40-49 ans : 912
  • 50-59 ans : 660
  • 60-69 ans : 449
  • 70-79 ans : 265
  • 80-89 ans : 222
  • +90 ans : 295

Les yeux rivés sur la situation en Angleterre, pour savoir si Omicron entraîne de nombreuses hospitalisations

Beaucoup, beaucoup de cas donc. Qui touchent pour l'instant essentiellement les jeunes. Mais LA grande question, LA question essentielle, qui va déterminer nombre de décisions ces prochaines semaines, c'est de savoir si ce variant, très contagieux donc, entraîne beaucoup de formes graves.

Les décideurs français ont notamment les yeux rivés sur l'Angleterre, où la vague épidémique a un peu d'avance sur la situation française, pour savoir si ce variant Omicron entraîne, ou pas, de nombreuses hospitalisations. Pour l'instant, les premières études sont plutôt rassurantes. Mais elles demandent à être affinées. A se confirmer. Car elles ont été essentiellement faites sur un public jeune, beaucoup moins enclin à faire des formes graves.

Les hôpitaux lyonnais sont déjà sous grande tension

L'inquiétude est vive car les hôpitaux sont déjà sous grand tension. Notamment à Lyon. Lyon Capitale vous a fait un point complet sur la situation très tendue dans les HCL mi-décembre (Un décryptage à relire ici).

Lundi, le 20 décembre, les HCL ont annoncé la déprogrammation de TOUTES les opérations non urgentes pour permettre l'ouverture de nouveaux lits de réanimation. Pour accueillir tout le monde. Pour soigner tout le monde.

De nouvelles annonces lundi ?

On sera vite fixés. Un conseil des ministres exceptionnel a lieu ce lundi 27 décembre. Juste après Noël. Outre les discussions autour d'un pass vaccinal, de nouvelles restrictions pourraient être annoncées si la situation devient incontrôlable... Car au-delà des cas positifs, de la tension dans les hôpitaux, il faut aussi s'attendre, selon le conseil scientifique, à "une désorganisation possible d’un certain nombre de services essentiels" en janvier, à cause de l'absence de nombreux salariés cloués à l'isolement en raison du covid-19 et d'un nombre de positifs jamais atteint depuis le début de l'épidémie. Cela va "poser des problèmes sur les secteurs stratégiques de fonctionnement de notre société : la distribution alimentaire, la sécurité, l’énergie, les transports, les communications et la santé", a insisté le conseil scientifique. Cela aussi, cela va entrer dans la balance au moment des prochaines décisions...

Lyon Capitale vous propose aussi un point sur la campagne de vaccination dans le département du Rhône. A retrouver ci-dessous :

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut