Photo d’archives, manifestation de soignants contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire, le 5 août à Lyon. (Photo : Hadrien Jame)

Covid-19 à Lyon : les soignants appelés à la grève avant la vaccination obligatoire

À partir de ce mercredi 15 septembre, le personnel des établissements de santé sera soumis à l’obligation vaccinale contre le Covid-19. À Lyon, plusieurs syndicats appellent à la grève ce mardi  afin de protester contre cette mesure, un rassemblement est prévu cet après-midi devant l’ARS.

À 24 heures de l’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire contre le Covid-19 pour les soignants travaillant dans le milieu hospitalier, notamment, plusieurs syndicats lyonnais appellent à une journée de mobilisation. En effet, à partir du 15 septembre, tous les salariés des hôpitaux et des Ehpad de France pourront être suspendus, sans rémunération, s'ils ne possèdent pas un schéma vaccinal complet ou s'ils n'ont pas reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19.

Ce mardi 14 septembre, la CGT Santé, FO et SUD Santé souhaitent donc mobiliser les soignants en nombre pour dénoncer une mesure aux "conséquences désastreuses", dont "l’application accélérera la fermeture automatique de lits et réduira l’accès aux soins pour tous". 

Mobilisation devant les établissements de santé

Le discours des syndicats est clair, "nous sommes pour la vaccination au libre choix de chacun et contre la vaccination obligatoire", et ferme, alors que selon eux "la contrainte est un aveu d’échec politique et les salariés n’ont pas à le payer". Les trois organisations invitent donc les employés des établissements de santé lyonnais à se réunir ce matin devant leur lieu de travail pour se faire entendre, avant de rejoindre le siège de l’Agence régionale de santé (ARS), dans le 3e arrondissement de Lyon, pour un grand rassemblement à 13 heures.

Plus généralement, cette journée de mobilisation est également l’occasion pour les syndicats d’alerter sur la dégradation des conditions de travail dans le secteur de la santé. Ils demandent notamment "l’arrêt des fermetures de lits", "une revalorisation salariale", "l’amélioration des conditions d’accueil", mais aussi le "retrait du pass sanitaire" du fait que "de nombreuses personnes renonceront à se soigner" faute d’en posséder un. 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut