(Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Covid-19 à Lyon : dans le Rhône, le virus circule majoritairement chez les moins de 50 ans

Dans le département du Rhône, où le Covid-19 circule activement en raison du variant Omicron, le taux d’incidence est désormais de 3 644, un record, mais après avoir explosé depuis mi-décembre, son augmentation est désormais plus lente. Actuellement, le virus circule principalement chez les 20-29 ans.

Sous l’effet du variant Omicron, le nombre des contaminations ne cesse d’augmenter depuis plusieurs semaines. Plus précisément depuis les fêtes de fin d’années, le taux d’incidence battant des records quotidiens dans le Rhône. Entre le 26 décembre 2021 et le 10 janvier 2022 le taux d’incidence est ainsi passé de 1 022 (sur une semaine glissante) à 3 644 pour 100 000 habitants. 

Ces chiffres impressionnants s'expliquent en partie par le nombre exceptionnellement élevé des tests réalisés. Mais ils traduisent aussi une véritable reprise de l'épidémie, liée au variant Omicron, plus contagieux. Il faut rester prudent la situation pouvant rapidement évoluer, mais depuis quelques jours on note toutefois que la progression du taux d’incidence ralentit légèrement dans le Rhône, après avoir fait des bonds de jour en jour. Cet indice, qui détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants, est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire.

La progression du taux d'incidence ralentit doucement

De 3 000 cas pour 100 000 habitants le jeudi 6 janvier, le taux d’incidence est monté à 3 200 le 7, puis 3 500 le 8, avant d’enregistrer une faible progression à 3 536 le 9 (moins de tests étant pratiqués le dimanche) et de finalement grimper à 3 643 le lundi 10. Une évolution illustrée par le graphique ci-dessous.

En se penchant sur le taux d’incidence par catégorie d’âges, on observe que selon les dernières données publiées par Santé publique France, pour la semaine du 4 au 10 janvier, le plus grand nombre de contaminations est enregistré chez les 20-29 ans avec un taux d’incidence de 5 882. Celui-ci est néanmoins en légère baisse par rapport aux précédentes observations arrêtées au 9 janvier, où il était de 6 229. 

Source : Santé publique France

Baisse chez les 20-29 ans, augmentation chez les moins de 19 ans

Moyenne : 3 644

  • 0-9 ans :  3 698
  • 10-19 ans : 5 766
  • 20-29 ans : 5 882
  • 30-39 ans : 4 316
  • 40-49 ans : 3 627
  • 50-59 ans : 2 521
  • 60-69 ans : 1 395
  • 70-79 ans : 972
  • 80-89 ans : 867
  • +90 ans : 1 074

Dans le même temps chez les 0-9 ans, le taux d’incidence est passé de 2 934 à 3 698, une augmentation qui s’observe également chez les 10-19 ans, avec une progression de 5 159 à 5 766.

Source : Guillaume Rozier - Covid-Tracker - données Santé publique France

Pic d'hospitalisations fin janvier ?

Malgré le nombre de cas très élevé dans le département du Rhône, l’hôpital continue de tenir même si la situation y est "critique", selon le directeur de l'ARS, Jean-Yves Grall. À date du 12 janvier, il y avait ainsi 780 personnes hospitalisées dans le Rhône en raison du Covid-19 et 192 patients se trouvaient en réanimation. Selon les dernières modélisations de l’épidémie publiées par l'Institut Pasteur, le pic d'hospitalisations quotidiennes au niveau national pourrait être atteint fin janvier et serait compris entre 2 500 et un peu plus de 5 000.

Ce dernier cas dépasserait le record du printemps 2020, au début de la pandémie en France. Mais, contrairement à maintenant, il avait fallu un strict confinement pour stopper les hospitalisations et éviter un effondrement du système de santé.

Invité de l'émission quotidienne de Lyon Capitale mardi 11 janvier, Jean-Yves Grall a fait un point complet sur la vague Omicron dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Un entretien à visionner ci-dessous.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut