Police lyon
©Tim Douet

Course poursuite mortelle : le chauffard écroué

L'homme qui avait percuté deux piétons, dont un mortellement, au cours de sa course-poursuite avec la police à travers Lyon et Villeurbanne, vendredi matin, dormira ce soir en prison.

Le juge d'instruction n'a finalement pas suivi le parquet, qui demandait la requalification des faits en homicide volontaire. Le conducteur du véhicule fou, interpellé vendredi matin à la Duchère après de longues minutes de course poursuite à travers l'agglomération, a été écroué. Il est mis en examen pour homicide involontaire et blessures involontaires (sur le deuxième piéton percuté, un jeune de 16 ans). Le tout aggravé par la conduite en état d'alcoolémie et le délit de fuite, comme le rapporte Le Progrès. Il est également mis en examen pour refus d'optembérer, outrage et rébellion, alors que son interpellation avait été particulièrement mouvementée. Le jeune homme est d'ailleurs placé sous le statut de témoin assisté pour les violences volontaires exercées à l'encontre des policiers lors de son arrestation. Le juge des libertés et de la détention a décidé de le placer en détention provisoire.

Après une nuit de fête, le jeune homme, habitant dans le 9e arrondissement de Lyon, avait pris le volant de son Range-Rover, vendredi matin, accompagné de deux personnes. Alcoolisé (1,3g/litre de sang), il avait refusé de se soumettre à un contrôle de police, sur la commune de Villeurbanne. Une course-poursuite s'était alors engagée à travers la ville, le chauffard filant jusqu'à 100 km/h en ville, grillant des feux et montant sur un trottoir à hauteur du 345, cours Emile Zola, où il a percuté deux piétons, dont un sexagénaire qui est décédé. Il avait abandonné son véhicule à La Duchère avant d'être interpellé, non sans difficulté, dans un square.

1 commentaire
  1. Marc Antoine - 24 septembre 2018

    Fuir la police et se rebeller fait partie du schéma mental de certains. Ils n'assument ni leurs actes ni leur responsabilité. Seul compte l'idée qu'il se font de leur machisme et de leur arrogance.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut