© Antoine Merlet
Article payant

Coronavirus : une seconde vague incontrôlable à Lyon

Dans la région, et plus particulièrement à Lyon, l’épidémie de la Covid-19 se propage avec une intensité qui dépasse les prédictions des autorités publiques. Les services hospitaliers sont déjà engorgés alors que le pic de cette deuxième vague est imaginé pour les jours à venir. Les mesures prises, comme le couvre-feu, pourraient ne pas suffire au vu de la dynamique de propagation du virus. L’hypothèse d’un reconfinement n’est plus taboue à Lyon.

C’est une question qui se pose avec de plus en plus d’insistance dans la métropole de Lyon : qu’y a-t-il au-dessus du stade de l’alerte maximale et quelles mesures viennent après le couvre-feu ? L’agglomération lyonnaise vit depuis la mi-octobre sous ce régime, le plus contraignant actuellement déployé en France, sans que la mesure ait permis d’enrayer la propagation de l’épidémie de coronavirus qui semble galopante.

Après l’insouciance estivale, le scénario catastrophe d’un reconfinement n’a jamais été aussi pressant à Lyon et plus généralement dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Les pouvoirs publics et les autorités sanitaires imaginent que les premiers effets du couvre-feu seront tangibles aux premiers jours de novembre. Mais ils arriveront peut-être trop tard.

Ces derniers temps, les indicateurs continuent d’être plus mauvais chaque jour et ravivent les douloureux souvenirs du printemps dernier. La communication des pouvoirs publics met désormais le reconfinement dans la balance, autant pour inciter les Français à respecter les gestes barrières que pour préparer le terrain. Après avoir longtemps exclu un retour à la case confinement, même circonscrit aux territoires les plus touchés, Emmanuel Macron a brisé ce tabou le 23 octobre au sortir d’une rencontre avec des personnels soignants. Si nous ne réussissons pas collectivement à juguler l’épidémie, nous devrons envisager des mesures beaucoup plus dures. Il est encore temps de l’éviter. Il ne nous reste plus beaucoup de temps”, avait prévenu la veille Jean Castex, le Premier ministre, sans toutefois donner un nom au tour de vis.

Il vous reste 85 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut