RommerHotel pour chat
© Tim Douet

Coronavirus : "n'euthanasiez pas chiens et chats", alerte un réseau à Lyon

Depuis Lyon, le réseau de Défense de l'Animal lance un appel contre l’euthanasie des chiens et chats ou leur abandon dans le contexte du coronavirus COVID-19.

Depuis plusieurs jours, une pétition en ligne intitulée "Comité de soutien au vétérinaire de Rhône-Alpes qui a refusé d'euthanasier un chien" circule sur Internet. Elle raconterait l'histoire d'un vétérinaire qui aurait refusé d'euthanasier un chien "dont la propriétaire était persuadée qu'il était atteint par le coronavirus". Les faits présentés dans cette pétition n'ont pas pu être recoupés, impossible de savoir si l'histoire racontée et vraie ou non.

"Un appel au bon sens"

Néanmoins, le réseau de Défense de l'Animal craint de voir des demandes d'euthanasies de chiens et de chats, ainsi que les abandons grimper en flèche à cause du coronavirus COVID-19 et "s’inquiète des réactions de panique de certains propriétaires d’animaux".

Ce réseau qui regroupe des refuges indépendants a ainsi choisi de lancer un appel "au bon sens", "l'OMS confirme que la maladie ne se transmet pas d’un chien ou d’un chat à l’homme", précise Défense de l'Animal. En effet, l'Organisation mondiale de la santé indique simplement de bien se laver les mains après un contact avec son animal, une règle toujours en vigueur COVID-19 ou non.

Une "surface", mais pas un "vecteur"

À Hong-kong, où un chien a présenté de faibles traces de virus dans son organisme, alors que sa propriétaire était déjà contaminée, les autorités ont demandé aux patients atteints par le COVID-19 de limiter leur contact avec les animaux. Comme le rappellent nos confrères du Monde, les animaux sont des "surfaces qui peuvent être contaminées" et non un vecteur de transmissions.

Face à cette crainte, le réseau de Défense de l'Animal avertit : "Les refuges indépendants étant fortement sollicités, ils ne pourront faire face à de nouveaux abandons. Il est donc essentiel de rassurer les propriétaires afin de ne pas tomber dans la panique". Le réseau espère désormais que cet appel sera relayé, tout comme les faits scientifiques.

Faire défiler vers le haut