Un service de réanimation des hospices civils de Lyon © Lionel de Sousa

Coronavirus : Lyon et la région les plus touchés au mois de novembre, mais moins que les autres en janvier ? (graphique)

Lyon, Saint-Etienne, Grenoble et la région Auvergne-Rhône-Alpes ont été les plus touchés lors de la 2e vague au mois de novembre. Avec le plus de cas, le plus de patients hospitalisés et une grosse tension en réanimation. En ce début du mois de janvier, la région est moins touchée que le Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté ou encore Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Pour le moment. Décryptage.

Auvergne-Rhône-Alpes a pris de plein fouet la 2e vague au mois de novembre. Le nombre de cas s'est envolé dans la région, notamment dans la Loire, le Rhône et l'Isère, et les hôpitaux de la région étaient au bord de la saturation. De nombreux transferts de patients, vers d'autres régions moins touchées, ont été effectués. Tout simplement pour soigner tout le monde... AURA était la région la plus touchée. Et de loin.

Le taux d'incidence flambait autour des 1000 dans les départements les plus touchés, la Loire, le Rhône et l'Isère. Le taux d'incidence, c'est un indicateur clé. Il détermine le nombre de personnes positives lors des 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Il mesure bien le degré de circulation du virus à l'instant t sur un territoire.

Trois autres régions plus touchées désormais

Actuellement, d'après les dernières données consolidées datant du 2 janvier, le taux d'incidence s'établit à 171 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Un taux assez stable depuis plusieurs jours, même semaines. Mais ce qui change par rapport au mois de novembre, c'est que le virus circule davantage ailleurs. En Bourgogne-Franche-Comté (244), en Paca (229) ou dans le Grand-Est (228). Le virus circule en revanche beaucoup moins dans la région parisienne et surtout dans l'ouest : Ile-de-France (133), Pays-de-la-Loire (96) Nouvelle-Aquitaine (92), Bretagne (58).

Ce graphique montre l'évolution du taux d'incidence dans la région :

Source : Santé publique France

Mais prudence. Grosse prudence. Pour l'instant, sur ces données stabilisées au 2 janvier, les "effets" des fêtes de fin d'année ne sont pas encore visibles. Ils pourraient l'être dans les chiffres dans les tous prochains jours. Tous les spécialistes s'attendent à une remontée. Mais quelle genre de remontée ? Une pente douce ? Une flambée ? C'est toute l'interrogation...

Le "calme" avant la tempête dans les hôpitaux ?

Pour le moment... la situation est aussi assez stable dans les hôpitaux de la région. Ca ne baisse plus depuis plusieurs jours, mais ça n'augmente pas vraiment non plus. Environ 4200 patients sont suivis pour covid-19 dans les hôpitaux de la région, dont 400 en réanimation. Ca reste beaucoup, la tension est encore (très) forte. A titre de comparaison, il y avait 7 200 patients "covid" hospitalisés mi-novembre, lors du pic de la 2e vague dans la région... mais "seulement" 3 000 au pic de la 1ère, début avril.

Dans les hôpitaux aussi, c'est le très relatif calme avant, peut-être, la nouvelle tempête tant redoutée...

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : situation assez stable dans les hôpitaux de la région... pour le moment

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut