JEFF PACHOUD / AFP

Coronavirus : circulation du virus en hausse et inquiétude à Nice, le point à Lyon

La circulation du virus est importante dans les Alpes-Maritimes et un reconfinement local a été envisagé. Quelle est la situation à Lyon ce lundi matin, jour de rentrée scolaire ?

Pendant de longues semaines, fin octobre et au mois de novembre, la région Auvergne-Rhône-Alpes était la plus touchée par la circulation du virus. Notamment dans les trois départements suivant : le Rhône, la Loire et l'Isère. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. D'autres régions sont beaucoup plus touchées, actuellement, qu'AURA. Notamment PACA et le département des Alpes-Maritimes.

La circulation du virus à un instant t sur un territoire se mesure grâce au taux d'incidence. C'est un indicateur clé. Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus à un instant t sur un territoire. D'après les dernières données dont nous disposons, des données stabilisées s'arrêtant au jeudi 18 février, le taux d'incidence est de 179 en moyenne (-8 en six jours) dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (-51 en 25 jours).  Les chiffres de Santé publique France prennent en compte la période du vendredi 12 février au jeudi 18 février. Ce taux d'incidence, actuellement donc inférieur à 200 dans la région, était supérieur à 800 pendant deux semaines début novembre...

A titre de comparaison, il est actuellement de 556 dans les Alpes-Maritimes et de 331 dans les Bouches-du-Rhône.

Pour l'instant, pas d'explosion de nouveaux cas dans la région. Malgré l'arrivée des variants. Le nombre de nouveaux cas de coronavirus est même en baisse depuis le 25 janvier dans la région. Comme le montre le graphique.

Source : Santé publique France

 La Drôme et le Rhône, les départements les plus touchés

Dans la région, la Drôme et le Rhône sont les deux départements de la région les plus touchés. Mais bien loin du niveau des Alpes-Maritimes.

  • Drôme : 226 (stable en six jours)
  • Rhône : 211 (stable en six jours)
  • Ain : 190
2 commentaires
  1. bill bob - lun 22 Fév 21 à 11 h 49

    Le variant ne va pas faire exploser le nombre de nouveaux cas. Il va devenir majoritaire sur les cas détectés, mais ne va pas ajouter de nouveaux cas en plus.
    Ce qui va ajouter des cas, c'est le beau temps et la météo printanière qui engendre des sorties et le relâchement sur les gestes barrières.
    Rien que hier dimanche 21/02 ou il faisait pas loin de 20°c et un grand soleil, la fréquentation du parc de la tête d'or a explosé par rapport aux week end froids et pluvieux des semaines précédentes.

    De plus, s'ajoute à cette météo qui met tout le monde dehors, un évident relâchement sur les masques.

    Là aussi , au parc de la tête d'or, on n'a plus la majorité des passants avec le nez dans le masque. C'est l'inverse hier.

    je pense que ce week end du 20 et 21 février fera date comme point de départ d'une hausse conséquente des contaminations, qui sera due au relâchement généralisé, pas au variant (même si naturellement , il y aura de plus en plus de variant en proportion)

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Abolition_de_la_monnaie - lun 22 Fév 21 à 12 h 28

      Les scientifiques qui annoncent que les variants sont plus contaminants (dont apparemment plus résistant aux éléments naturels), ne sont-ils pas alors en contradiction avec votre commentaire qui annonce qu'il n'y aura pas plus de contaminations avec les variants ?

      Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut