Coronavirus à Lyon vu de Los Angeles : "La capacité d’adaptation du peuple américain"

Comment vit-on l'épidémie du coronavirus à l'étranger ? Quel regard porte-t-on sur la situation en France ? Le témoignage de Guillaume De Chalendar, lyonnais, résident à Los Angeles (Etats-Unis).

 

Comment vivez-vous la crise liée au coronavirus ?


La région urbaine de Los Angeles qui s’étend sur 100 kilomètres du nord au sud et d’est en ouest à la réputation d’être potentiellement volatile. Nous avons décidé de ne pas courir le risque d’être témoins d’évènements semblables aux émeutes des années 90. Nous avons donc quitté notre appartement de West Hollywood et nous sommes retirés dans le désert Californien à Palm Springs, à deux heures de route.  Nous réalisons avoir la très grande chance de pouvoir passer notre confinement dans un climat en permanence estival, dans une maison avec piscine. Il va de soi, que cela facilite grandement notre adaptation à une vie sédentaire, un vrai changement pour nous puisque nos carrières nous amènent à faire la navette entre la Cote Ouest américaine et l’Europe plusieurs fois par mois. La légendaire capacité d’adaptation et l’esprit d’entreprise du people américain elle aussi aide à garder un semblant de normalité : tout est livrable a domicile.

Les mesures prises par les autorités sont-elles globalement respectées ?


La vraie question est de quelles mesures parle-t-on ? L’organisation fédérale des Etats-Unis et le rôle important joue par les Etats locaux mais aussi les comtés et même les villes, peut prêter a confusion. La Californie et la ville de Los Angeles ont réagi très en amont de la pandémie, alors même que le gouvernement fédéral et une certaine presse traitaient toujours le virus comme une simple grippe. C’est la population elle-même qui a décidé de se confiner avant même que les ordres soient donnée. De ce fait, la population respecte scrupuleusement les gestes barrières. Les grandes surfaces ont par exemple établi un système de circulation à sens unique. Les clients attendent patiemment que l’aile devant eux soit vide avant de s’y engager. Tout cela contribue à donner un sens de calme et de relative sérénité.

Comment jugez-vous la stratégie sanitaire mise en place ?


Il suffit de regarder (ce que nous évitons absolument) les conférences de presse quotidiennes de Washington ou Sacramento pour réaliser que la situation n’est pas plus catastrophique simplement grâce au confinement. Il n’est même pas envisageable de penser pouvoir être testé avant la fin du confinement. Même pour l’après, nous faisons face à un flou le plus total. La Californie du Sud, en partie grâce a son étalement urbain et sa culture du tout voiture qui contribuent à isoler la population au quotidien, a été pour le moment relativement épargnée. Il n’y a donc pas un sentiment de panique immédiate.

Que pensez-vous du système de santé de votre pays de résidence ? Le pays était-il préparé pour faire face à une telle épidémie ?


Même si les Etats-Unis ont une médecine la plus à la pointe, la faiblesse d’un système focalisé sur l’aspect commercial est devenue encore plus apparente. Certes, les frais médicaux pour Covid-19 sont pris en charge par les autorités, mais le manque de préparation même dans un état démocrate très progressif et très riche est tout simplement consternant. Cela contribue très évidemment à la grande prudence de la population et à l’observation des gestes barrières : personne ne veut tomber malade.

Vu de l’étranger, quel regard portez-vous sur la situation de la France et la gestion de la crise ?


Après plus de vingt ans passés hors de France dans la sphère anglo-saxonne, je dois avouer avoir eu un degré de scepticisme quant a la capacité de mes compatriotes à respecter les règles draconiennes mises en place. La sagesse et la patience de la population française est en réalité exemplaire. La coopération inattendue des différentes branches du corps médical est elle aussi à louer. Le récent mea culpa du Président Macron est en plein contraste avec le déni de responsabilité affiché ici par certains. Je dis bravo et bon courage à la France et a la communauté lyonnaise à laquelle j’ai toujours le sentiment d’appartenir !

1 commentaire
  1. JANUS - 17 avril 2020

    Très bon commentaire !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut