Source : Santé publique France

Coronavirus : à Lyon, pourquoi le taux d'incidence est remonté, pourquoi ce n'est pas (encore) inquiétant

Le taux d'incidence est passé de 106 à 121 en une journée dans le département du Rhône. Si dans le sud-ouest de la France, une grande vigilance est de mise car une augmentation de la circulation du virus est constatée dans certains départements, ce n'est encore pas le cas à Lyon. Pour l'instant, l'explication s'appelle lundi de Pentecôte.

La circulation du virus à l'instant t sur un territoire se mesure grâce au taux d'incidence. Les décideurs ont les yeux rivés dessus. C'est un indicateur clé. Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire.

Dans le département du Rhône, d'après les derniers chiffres stabilisés au lundi 31 mai, le taux d'incidence est de 121 (les données prennent donc en compte la période entre le mardi 25 mai et le lundi 31 mai). Au 30 mai, le taux d'incidence était de 106 dans le département. Pourquoi cette subite hausse ? L'explication est simple. Le lundi 24 mai, c'était férié, c'était le lundi de Pentecôte. Qui dit jour férié, dit moins de tests, donc moins de tests positifs et une chute de l'incidence. Le 24 mai est désormais sorti des calculs, il a été remplacé sur la semaine glissante pour le lundi 31 mai, un "jour normal", un jour où il y a eu davantage de tests. Le taux d'incidence remonte donc logiquement, sans que ça signifie une reprise de la dynamique de circulation du virus dans le département.


La circulation du virus au plus bas à Lyon depuis 8 mois


Le 4 avril, au plus fort de la 3e vague dans le département, le taux d'incidence était encore de 504 dans le département du Rhône. La baisse est claire, et nette, depuis deux mois.

Une circulation du virus à la hauteur de la circulation du virus au mois de septembre 2020 à Lyon. Une circulation du virus au plus bas depuis 8 mois, comme le montre le graphique ci-dessous.

Source : Santé publique France

 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut