@Antoine Merlet

Coronavirus à Lyon : le taux de reproduction le plus bas de France pour la région

Le taux de reproduction, ou R0, est un indicateur important qui permet de voir à quelle vitesse le coronavirus COVID-19 se déplace entre les personnes. En Auvergne-Rhône-Alpes, il est le plus bas de France.

Si au début de l'épidémie le nombre de personnes à l'hôpital ou en réanimation ont été des indicateurs incontournables pour dresser le bilan de l'épidémie de coronavirus COVID-19, Santé Publique France publie désormais le taux de reproduction. Appelé aussi R0, il permet de voir le nombre de personnes qui sont contaminées par un malade, il doit être le plus proche de 0 possible. S'il est à 1, cela veut dire qu'un malade contamine 1 personne, l'épidémie reste stable dans son évolution. À 2 ou 3, les choses s'aggravent puisqu'un individu malade en contamine 2 ou 3, qui a leur tour feront de même.

0,59

Santé Publique France vient de publier les taux de reproduction effectifs par région du 30 mai au 5 juin. Auvergne-Rhône-Alpes a le R0 le plus bas 0,59, ce qui signifie que durant cette période, même si le virus circule toujours, c'est dans cette région qui le faisait le plus lentement. Toutes les régions ont un R0 inférieur à 1, à l'exception de Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

Le taux de reproduction national est de 0,73, un chiffre qui reste encourageant pour la suite de l'épidémie. "Le 15 mars 2020, soit quelques jours avant le pic de l’épidémie, le R effectif avait été estimé à 2,8. Il a
ensuite diminué et le 11 mai 2020, lors de la mise en place du déconfinement, il était de 0,8. Il est
globalement stable depuis cette date", précise Santé Publique France. Plusieurs facteurs permettent de faire baisser le R0 comme la distanciation entre les individus, les gestes barrières, le port du masque, ou le maintien du télétravail dans certains secteurs. L'évolution du taux de reproduction sera primordiale pour la suite du déconfinement.

à lire également
Le bilan n'est pas forcément mauvais ce mardi soir dans les hôpitaux de la région. Oui, il y a plus de patients hospitalisés des suites du covid-19. Mais une légère hausse, bien inférieure à celle enregistrée au printemps. Pour le moment.
Faire défiler vers le haut