Hopital Édouard Herriot Pavillon H © Tim Douet

Coronavirus à Lyon : l'épidémie "sous contrôle" selon le conseil scientifique, quatre scénarios envisagés

Le conseil scientifique a publié ce jeudi quatre scénarios pour la poursuite du déconfinement. Selon les derniers indicateurs, c'est le scénario "contrôle de l'épidémie" qui est désormais privilégié. 

"Le virus continue de circuler, mais à petite vitesse", ce sont les conclusions de Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique autour de l'épidémie de coronavirus COVID-19, lors d'une interview sur France Inter. Jeudi, le conseil a publié quatre scénarios prospectifs pour la poursuite du déconfinement (voir ici).

Selon Jean-François Delfraissy, c'est celui d'un "contrôle de l'épidémie" qui est désormais privilégié, "à cause du confinement et peut-être aussi de l'arrivée de l'été" a-t-il expliqué, tout en rappelant l'importance de garder les gestes barrière, les mesures de distanciation ou le port du masque, "On se relâche en ce moment, c'est normal, c'est humain. Le tout, c'est qu'on ne se relâche pas trop".

Il invite donc à rester prudent, tout en précisant que si début mars, on pouvait voir par jour "autour de 80 000 nouveaux cas", les estimations sont maintenant autour de 1 000 cas quotidiens. 

Les quatre scénarios sont les suivants :

  • "Le premier, c’est celui d’une épidémie sous contrôle au vu des indicateurs disponibles, associée à l’occurrence de clusters localisés pouvant être maitrisés. En présence du virus, ce scenario nécessite cependant un maintien des mesures de lutte contre l’épidémie. 
  • Plus défavorable, le deuxième scenario verrait apparaître des clusters critiques, laissant craindre une perte de contrôle des chaînes de contamination, et donc du contrôle de l’épidémie elle-même. Ce scénario exigerait des mesures strictes, précoces et localisées, afin d’éviter une perte de contrôle plus large de l’épidémie.
  • Le troisième scenario, ferait basculer une situation contrôlée vers une reprise progressive et à bas bruit de l’épidémie, plus difficile à identifier. Des indicateurs se dégraderaient alors sans que les chaînes de contamination puissent être identifiées, ni a fortiori contrôlées. Ce scenario exigerait des mesures strictes ainsi que l’activation rapide de plusieurs mesures du P2R-COVID. Les mesures à prendre pourraient encore être envisagées à une échelle régionale si les indicateurs le permettent ou au niveau national.
  • Enfin, dans le quatrième scénario, la dégradation critique des indicateurs traduirait une perte du contrôle de l’épidémie, et exigerait des décisions difficiles, conduisant à choisir entre un confinement national généralisé, permettant de minimiser la mortalité directe, et d’autres objectifs collectifs, économiques et sociaux, s’accompagnant alors d’une importante mortalité directe"

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut