Talents des cités

Concours Talents des cités : 2 projets rhônalpins retenus

Le concours Talents des cités, qui récompense chaque année les créateurs d’entreprise installés dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville, vient de livrer sa présélection. En Rhône-Alpes, les deux lauréates sont originaires de Grenoble.

Charlotte Odier et Nacera Rozczko sont les deux jeunes femmes à l’origine des projets retenus par le concours Talents des cités pour la région Rhône-Alpes. Toutes deux habitent Grenoble.

L’association Barathym, de Charlotte Odier, 27 ans, a été sélectionnée dans la catégorie "Création", qui récompense les projets déjà créés. Il s’agit d’un bar associatif ouvert en 2011 dans le quartier de la Villeneuve qui a pour objectif de créer du lien social, de favoriser les rencontres, de proposer un service de restauration le midi, des ateliers créatifs pour les enfants le mercredi et des soirées à thème chaque vendredi.

Les lauréats nationaux connus le 11 septembre

Dans la catégorie "Emergence", le projet d’auto-école Urban Conduite, pas encore créé cette fois, de Nacera Rozczko, 33 ans, a tapé dans l’œil du jury. Egalement situé dans le quartier de la Villeneuve, qui n’a plus d’auto-école depuis 10 ans, ce projet répond à un réel besoin des habitants. La structure ouvrira ses portes à l’automne et proposera de nombreux services à un prix abordable.

Il s’agit de la 13e édition de ce concours. En Rhône-Alpes, une vingtaine de candidatures ont été déposées. Les deux projets sélectionnés seront auditionnés par un jury national qui désignera 10 lauréats le 11 septembre prochain, avec un prix de 7 000 euros à la clé. Enfin, le 18 octobre, la cérémonie de remise du grand prix Talents des cités 2014 et de la mention spéciale 2014 se déroulera dans l’hémicycle du Sénat. Les deux projets ainsi récompensés recevront chacun 5 000 euros supplémentaires.

à lire également
Près d'un mois après la fermeture de la Cité de la gastronomie, le chef trois étoiles Régis Marcon, président du Comité d'orientation stratégique de la Cité de la Gastronomie de Lyon, a envoyé à Lyon Capitale un texte précisant sa position. Le chef reconnaît que l'exposition permanente "n'était pas à la hauteur". Pour lui, la Cité se doit d'être plus "ludique", proposant de "vraies expériences culinaires". Pour lui, il est nécessaire que le lieu "passe sous service public".
Faire défiler vers le haut