© Tim Douet

Combien y’a-t-il de personnes en prison dans le Rhône ?

Au 1er décembre 2018, le Rhône comptait 1765 personnes détenues. Un chiffre supérieur aux 1502 places disponibles dans le département.

Selon la dernière mesure mensuelle de l’incarcération publiée ce mercredi par le ministère de la Justice, 1765 personnes sont détenues dans le Rhône. 940 sont écrouées dans la maison d'arrêt de Lyon-Corbas, 695 dans celle de Villefranche-sur-Saône, 82 dans le centre de semi-liberté de Lyon, 9 dans celui de Villefranche et 43 mineurs dans l'établissement pénitentiaire pour mineurs situé à Meyzieu. Avec 1502 places disponibles dans ces lieux de privation de liberté, le taux d'occupation est de près de 118 %. Dans les maisons d'arrêt du département, ces taux sont très élevés (136,6 % à Lyon-Corbas et 116 % à Villefranche-sur-Saône), mais inférieurs à la moyenne nationale pour ce type d'établissement qui est de 142 %.

3,4 % de femmes

En tout 6624 personnes sont détenues en Auvergne-Rhône-Alpes et 1310 personnes écrouées, mais non détenues en prison. Parmi ces dernières 1260 sont sous surveillance électronique. Dans l'ensemble des 6621 personnes détenues 6398 sont des hommes, 226 des femmes et 82 sont des mineurs. Ainsi, la direction interrégionale de Lyon, qui comprend l'ensemble des établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes, compte plus de personnes en prison (6624) que de place (5956) avec une densité globale de 111,2 % d'occupation contre 118,2 % au niveau national. À l'inverse dans l'ensemble des centres de semi-liberté de la région, le taux d'occupation est inférieur à 80 %.

En France le nombre de détenus a atteint un record en décembre avec 71 061 personnes. En tout, 82 634 personnes sont écrouées dont 11 573 sont sous surveillance électronique ou à l’extérieur.

à lire également
Les deux journées d'expérimentation de piétonnisation en semaine à Lyon auront permis de livrer un constat implacable : à l'inverse des samedis, ce mercredi et jeudi, les piétons n'étaient pas les bienvenus au milieu de la route. Les conducteurs n'ont pas lâché leur domaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut