Collomb annonce le démontage de l'antenne-relais de l'école Victor Hugo

Mais inquiets pour la santé des enfants, les parents d'élèves et les enseignants demandaient plus d'engagements. Et pour cause : après un premier cas de leucémie, parents et enseignants apprennent à la rentrée de janvier qu'une deuxième élève, qui plus est de la même classe de CE2, est aussi touchée par un cancer. "Bien sûr, on ne sait pas quelles sont les causes de ces deux cancers, expliquait l'une des personnes qui animent le collectif anti-antennes. Mais nous n'allons pas attendre qu'il y ait un troisième voire un quatrième cas !" Malgré l'OMS qui souligne qu'il n'y a pas d'effets nocifs, ces parents mettent en avant d'autres études indépendantes qui concluent à l'inverse.

Collomb cède
Pour calmer cette contestation naissante, Gérard Collomb a dépêché tous les élus et techniciens concernés par le dossier, lors de la réunion publique du vendredi 1er février. Il y avait là Yves Fournel, adjoint à la petite enfance, Sylvie Guillaume, sa collègue de la santé et Gilles Buna, de l'urbanisme. Ils étaient assistés par Jean-François Lanneluc, le directeur de Cabinet du maire et par le docteur Ritter, le directeur de l'écologie urbaine. Etait aussi présente la maire du 1er arrondissement, Nathalie Perrin. En clair, la mairie a resserrer les rangs pour faire face aux 60 parents inquiets qui attendaient des réponses précises à leurs demandes. Et des réponses ont été apportées par l'entremise d'une lettre de Gérard Collomb, lue par son adjoint Yves Fournel. Le maire s'engage ainsi à désactiver toutes les antennes au-dessus des autres écoles pendant les heures scolaires, à lancer une campagne "indépendante" de mesures des champs électromagnétiques et à organiser une conférence en avril pour étudier la possibilité "d'une nouvelle charte de la téléphonie mobile et des champs électromagnétiques". Le tout en associant les parents au processus. Le directeur de cabinet, Jean-François Lanneluc s'est empressé aussi de préciser que l'antenne sur le toit de l'école Victor Hugo serait démontée.
Les enseignants et les parents ont noté une réelle avancée. "ça fait deux ans qu'on se bat pour faire enlever cette antenne, tenait à souligner une des mères, mobilisées contre les antennes. C'est dommage de devoir attendre deux cancers et une élection pour que des décisions soient prises". Même s'ils accordent une grande confiance à Nathalie Perrin qui siégeait à cette réunion, ils attendent un engagement écrit de Gérard Collomb, notamment à propos du démontage de l'antenne, pour lever la menace d'une grève.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut