CHAUD, CHAUD, LA RENTREE POLITIQUE

En sondant les états-majors, on découvre que la bataille fera rage dès la rentrée de septembre.

L'élection de Sarkozy a profondément redistribué les cartes au point que les états-majors locaux préparent les prochaines municipales, les pieds posés sur des plaques tectoniques mouvantes. Ainsi, les observateurs du MoDem observent du coin de l'œil les chemins opposés que prennent les socialistes Gérard Collomb et Jean-Jack Queyranne. "Le maire de Lyon semble se sarkozifier aussi vite que le président de Région campe sur sa gauche". Les noms d'oiseau fusent, les équipes des deux hommes ne peuvent plus se sentir, celle de la Région reprochant à celle du Grand Lyon de bloquer des projets importants, notamment ceux relatifs à l'intermodalité.
La première fédérale Christiane Demontès, strauss-kahnienne souriante, veut simplement voir dans ces divergences un "principe de réalité" : "Queyranne doit faire vivre une majorité avec les Verts et les communistes. Collomb a surtout besoin de séduire au centre".
Ce que ne contredit pas Jean-François Lanneluc, directeur de cabinet de Gérard Collomb, en levant le voile sur la stratégie de son champion : "Le maire va faire en sorte de rester le maire-gestionnaire le plus longtemps possible. La campagne ne commencera qu'en décembre ou janvier". En réalité la campagne a commencé depuis longtemps pour le maire de Lyon.
"En septembre, Perben et Collomb commencent une course de lenteur"
Dans l'entourage de Michel Mercier, on décrypte : "à la rentrée, entre Perben et Collomb, ça va être une course de lenteur pour dévoiler les équipes et les programmes. Pour ne pas faire de déçus trop vite et pour ne pas se faire piquer les idées". Le centre, lui-même, ne va pas se presser pour faire connaître des intentions... pas très précises encore. Dans le droit fil de la stratégie de Bayrou, on peut tout de même prévoir à Lyon une liste centriste autonome et jusqu'au 2e tour. Une femme la conduirait. Qui ? Anne-Marie Comparini ou Anne-Sophie Condemine ? Le centre n'a pas encore de tête, mais son corps (électoral) fera l'objet de toutes les sollicitudes.
A droite, les réapparitions de Charles Millon ont surtout poussé Dominique Perben à rencontrer, cette semaine, les deux lieutenants de l'ancien président de Région, Denis Broliquier, maire du 2e et Amaury Nardone. Les uns devront faire avec les autres. Pour le reste, l'équipe rapprochée de Perben indique que la synthèse des propositions issues des réunions thématiques menées par Lyon Nouvel horizon sont faites. Restent les arbitrages et les chiffrages qui seront tranchés cet été. "Perben n'a pas pris de responsabilité à l'Assemblée nationale pour s'engager complètement pour Lyon" répète à l'envie son équipe.
Course de lenteur peut-être à partir de septembre mais course au pouvoir qui ne fera pas de cadeau.
La rentrée des partis
Le 9 septembre est la date du rendez-vous annuel des militants UMP du Rhône. La fédération du Rhône du PS fera son séminaire de rentrée le 15 septembre.

à lire également
Lors de son passage au ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a été sanctionné de la moitié de ses indemnités de conseiller métropolitain à cause de son absence. Une “amende” qu'il a compensée en trouvant une nouvelle source de revenus au sein du Sepal. Le maire de Lyon aura ainsi reçu 9149€ en 2018 dans un syndicat mixte où il ne siégeait pas.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut