Centrales nucléaires survolées : Greenpeace “pas impliquée”

Depuis début octobre, des sites nucléaires français auraient été survolés par des drones. Greenpeace nie en être à l’origine et réclame une enquête sur la sécurité aérienne des sites nucléaires.

Mais qui survole les centrales nucléaires françaises ? Selon EDF, depuis le début du mois d'octobre, au moins 10 sites nucléaires français, dont la centrale du Bugey, à proximité de Lyon, auraient été survolés par des drones. "Greenpeace tient à démentir toute implication dans ces survols", assure Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

"Greenpeace agit à visage découvert et revendique ses actes. Ce fut le cas en 2012 lors, successivement, d’un survol de La Hague par un drone ou de la centrale du Bugey par un paramoteur, précise-t-il dans un communiqué. Ce qui se passe avec ces nombreux survols est très inquiétant. Nous demandons au haut fonctionnaire de défense et de sécurité une enquête sur la sécurité aérienne des sites nucléaires."

“Une opération de grande envergure”

L'organisation s'étonne en effet de constater que les survols de drone incriminés ont parfois eu lieu le même jour sur des sites très éloignés, ce qui évoquerait "une opération de grande envergure". Greenpeace semble également remettre en cause la réactivité des autorités face à ce phénomène : "Les délais entre la survenue de ces survols et le dépôt de plainte par EDF et l’absence d’information sur certains des sites survolés laissent vraiment interrogatifs." De son côté, EDF affirme que ces survols n'ont eu aucune incidence sur la sécurité ni sur le fonctionnement des installations.

à lire également
nucléaire
"Informations tronquées et tendancieuses", "partialité", "désinformation","arnaque", "déni de démocratie". La Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) met en cause l'honnêteté et la sincérité des services de l'État mais aussi celle des ingénieurs et techniciens qui réalisent les mesures. Son directeur de laboratoire s'explique à Lyon Capitale.
2 commentaires
  1. Sophie_Lyon - 30 octobre 2014

    EDF est toujours dans le déni de toute façon !

  2. LYOCAL - 30 octobre 2014

    énigme QUI AVAIT INTERËT !!!!!! Au barrage de Sivens : le sac à dos, pièce clé, reste introuvable

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut