Roybon
@PHILIPPE DESMAZES / AFP

Center Parcs : appel aux dons de la Frapna pour financer ses recours

L'association de défense de l'environnement qui se bat contre l'installation d'un Center Parcs à Roybon a lancé un appel aux dons pour financer les procédures judiciaires.

Les procédures judiciaires coûtent cher, et la Frapna le sait. Aussi, l'association de protection de la faune en Rhône-Alpes, fer de lance dans la lutte contre l'installation d'un Center Parcs à Roybon, dans l'Isère , lance un appel aux dons via une plate-forme internet, pour financer ses procédures de justice. "Il est logique et normal qu’une association comme nous, qui n’est pas riche, ai besoin de l’aide de citoyens pour pouvoir nous aider à financer et être a quasi égalité avec les avocats de Pierre & Vacances", explique le trésorier de l'association au micro de Radio France. Une nécessité également selon lui pour justifier que les subventions publiques ne sont pas engloutis dans des frais de procédure.

Appel quoi qu'il arrive

Et avant même les résultats des différentes procédures en cours, la note d'avocat s'annonce salée. En effet, quelle que soit la décision rendue par le tribunal de Grenoble qui doit se pencher sur la reprise des travaux dans les Chambarans, les antis comme les pros ont annoncer qu'ils feraient appel d'une décision qui leur serait défavorable.

Le projet d'installation d'un Center Parcs divise toujours autant dans la région des Chambarans. La population locale y semble majoritairement favorable. Pourtant, dimanche, 200 personnes étaient encore mobilisées à Grenoble pour dénoncer un projet inutile.

à lire également
Michèle Rivasi © Tim Douet
L’eurodéputée EEVL de la Drôme Michèle Rivasi dénonce le scandale sanitaire du chlordécon, un pesticide neurotoxique utilisé pendant des années aux Antilles alors qu’il était interdit partout dans le monde. Ni plus ni moins qu’un “génocide” perpétré par les plus hautes sphères de l’État, explique-t-elle à Lyon Capitale.
1 commentaire
  1. Joseph - 5 mai 2015

    Ils n'étaient plus que 200 dans la Capitale des Alpes, contre environ un millier en décembre. Le mouvement de contestation vit ses dernières heures, comme la ZAD.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut