Bideau ne votera pas Perben

Après Philippe Genin, qui a renoncé à être le porte-parole de Perben, le "barriste historique" Alain Bideau vient aussi de renoncer. Pire, l'ancien adjoint de Raymond Barre aux marchés publics et aux sports annonce qu'il ne votera pas Perben. "Quand Perben est arrivé, j'ai joué le jeu. Je lui ai ouvert tous mes réseaux, dans les domaines de la culture, du sport, des associations... Mais finalement, au lieu de faire l'union comme je le pensais, il a donné tout le pouvoir aux millonistes. Les barristes ont été marginalisés et Amaury Nardone s'est retrouvé responsable du projet. En plus il y a cette tragi-comédie avec les centristes, on voit que Perben n'arrive pas à construire une alliance avec eux. Moi, participer à une liste avec uniquement les millonistes et le RPR, ça ne m'intéresse pas." Bideau a donc démissionné de l'UMP, et met sa carrière politique "entre parenthèses", pour se consacrer aux entretiens Jacques Cartier et à son laboratoire de recherche au CNRS.

... et pourrait voter Collomb !
Pour Dominique Perben, le coup est forcément rude. Il pourrait même être pire, car Bideau n'exclut pas de voter pour son adversaire, Gérard Collomb : "Vous savez pour qui je ne voterai pas, c'est déjà beaucoup. Je ne veux pas cautionner une liste qui ne correspond pas à mes valeurs. Je voterai pour celui qui incarnera le mieux l'héritage barriste. Je n'ai pas encore tous les éléments pour me décider. Il faut que je lise le programme de Collomb et que j'attend aussi de connaître ses équipes" explique-t-il.
Dressant le bilan du maire sortant, Bideau estime qu'il est insuffisant sur les transferts de compétences et le développement de la région urbaine de Lyon. Il critique aussi "un manque d'ambition sur la propreté et la pollution", ainsi que de "mauvaises décisions" sur les transports : "ne pas avoir fait le TOP, le blocage sur le COL, l'opposition à l'A45..." Mais il ajoute : "Il a mené une bonne politique sur les pôles de compétitivité et le rayonnement économique... Quand aux grand projets, 80 % de ceux qu'il a menés, c'est ce qu'on avait laissé dans les tiroirs. C'est difficile de tout critiquer !"

Lire aussi : l'UMP flingue Bideaulien

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut