(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Basket : les play-offs auxquels doit participer l’Asvel menacés, un préavis de grève signé

À moins de 10 jours du début de la phase finale de Jeep Élite, la signature d’un préavis de grève par le syndicat des joueurs compromet fortement la tenue de l’évènement, qui doit sacrer le champion de France 2021. 1er ex aequo du championnat, l’Asvel est l’un des favoris. 

Alors que les équipes de Jeep Élite jouent leurs derniers matches de saison régulière et que les huit meilleures se préparent pour les play-offs, le syndicat des joueurs a jeté un pavé dans la mare, ce samedi 12 juin. Le SNB, l’organisme syndical qui représente les joueurs des 18 équipes du Championnat de France, a annoncé dans l’Équipe, par la voix de son président Amara Sy, avoir signé un préavis de grève pour les quarts de finale, les 20 et 21 juin. Une décision, qui aurait été prise en consultation avec les joueurs des 10 clubs encore capables de jouer ces play-offs, précise le quotidien. 

Le rythme des matches mis en cause

Nos confrères rapportent également les propos d’Amara Sy, qui évoque "une action forte, mais on avait alerté la ligue à plusieurs reprises. Quand c'était à huis clos [le championnat, NDLR], on voulait jouer, mais les clubs ne voulaient pas, on a rongé notre frein. Au final, on se retrouve à jouer tous les deux, trois jours et à payer les pots cassés. On n'a plus de gaz et c'est compliqué mentalement". Avec la reprise, début mars, à un rythme régulier des matches, il était prévu qu'un peu plus de 200 rencontres soient disputées d'ici au 20 juin, par les équipes du Championnat de France.

Une demande d’annulation déposée en mai

Le 22 mai, dans les colonnes de l’Équipe, Tony Parker, le président du club Villeurbannais, avait fustigé la demande, auprès de la LNB, des capitaines de Jeep Élite de renoncer à la tenue d’un Final Eight, qui ferait office de play-offs pour terminer le championnat. Les représentants des joueurs dénonçaient dans un courrier le "rythme intense du calendrier qui rend très difficile la préservation de notre intégrité physique et mentale". Ce à quoi Tony Parker avait répondu "quand tu vois que les joueurs NBA ont fait 72 matches […], nous on s’est reposés, on a joué de novembre à février un ou deux matches par mois et après on ne veut même pas jouer. Franchement c’est une blague. […] Les joueurs sont payés jusqu’au 30 juin, ce n’est pas comme si on leur en demandait en plus". 

Reste désormais à savoir comment l’annonce de cet appel à la grève sera accueillie du côté de l’Astroballe. Contacté et invité à réagir, l’Asvel n’avait pas encore répondu à notre demande en début d’après-midi ce samedi. 

Lire aussi : Basket : l’Asvel s’impose à Gravelines et revient sur la tête du championnat

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut