Bars à sourire : souriez, vous êtes “soigné”

Exit le peroxyde d’hydrogène polémique, les “bars à sourire” utilisent désormais du perborate de sodium. Un agent reprotoxique utilisé dans les détergents.

Magic Smile, Tchize, Souriez Blanc, Lyon Smile, Point Sourire… Après les bars à ongles et les bars à sourcils, voici venus les bars à sourire. Depuis un an, ils poussent comme des champignons en France. On en compte aujourd’hui approximativement 400. Lyon n’échappe pas à la règle, avec onze boutiques, principalement dans les 2e, 3e et 6e arrondissements. Dans l’esprit, c’est l’inverse d’une cabine de bronzage : on arrive avec des dents jaunes, on ressort avec un sourire blanc.

Coût de l’opération : moins de 80 euros. Durée de l’intervention : 30 minutes. Contre 500 à 1 000 euros chez un dentiste, en plusieurs séances.

Subterfuge

À leurs débuts, les bars à sourire utilisaient le même produit que les dentistes. Le peroxyde d’hydrogène, ou eau oxygénée, un produit à manipuler avec précaution car pouvant causer une nécrose superficielle de la gencive, équivalent d’une brûlure. D’un côté, des néophytes, avec parfois une petite journée de formation, comme chez Magic Smile. De l’autre, des professionnels diplômés.

Suite aux inquiétudes suscitées par la manipulation du peroxyde d’hydrogène, la direction générale de la Santé et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ont publié une note : “Cette pratique à visée esthétique est susceptible d’exposer les consommateurs à des risques pour leur santé, surtout si le traitement est renouvelé fréquemment et si les produits utilisés contiennent ou libèrent du peroxyde d’hydrogène (ou eau oxygénée) à une teneur supplémentaire à la concentration maximale autorisée par la réglementation en vigueur pour les produits d’hygiène buccale, soit 0,1 %.”

À ce “trop bas niveau de concentration”, les bars à sourire ne pouvaient plus assurer à leurs clients le gain de 2 à 9 teintes. Ils ont donc dû trouver un subterfuge en se tournant, ces dernières semaines, vers le perborate de sodium, un autre composé chimique, utilisé comme source d’oxygène actif dans les détergents et les lessives, ainsi que dans les produits de nettoyage et de blanchiment. Et réglementé par l’Union européenne, car il est reprotoxique (toxique pour la reproduction) au contact de l’eau… “On n’a pas de précaution à prendre par rapport aux gencives, assure pourtant Fabrice Beladina, gérant de Magic Smile à Lyon. En plus, on peut l’utiliser sans limitation.” Quant au peroxyde, le site magic-smilepro.fr, “N° 1 du blanchiment dentaire – Produits sans peroxyde Made in France”, propose toujours des kits préchargés en hydrogène à 6 %, 22 % et 24 %...

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut