“je ne suis pas certain que nous allons arriver à vivre encore des décennies dans la paix” Christian Delorme © Antoine Merlet

"Aucune voix chrétienne ne doit aller à l'extrême droite", l'appel du curé des Minguettes

Connu comme le "curé des Minguettes", aujourd'hui prêtre à Caluire, Christian Delorme lance un appel dans une tribune au Monde : « Que les évêques de France disent qu’aucune voix chrétienne ne doit aller à l’extrême droite le 24 avril ! ».

Christian Delorme est une figure du monde catholique lyonnais, l'un des derniers grands témoins du catholicisme social. Connu comme le "curé des Minguettes" dans l’Est lyonnais, et aussi comme l’un des initiateurs de la grande marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, il appelle à voter contre l'extrême droite et pour Emmanuel Macron ce dimanche 24 avril lors du 2e tour de l'élection présidentielle.

« Que les évêques de France disent qu’aucune voix chrétienne ne doit aller à l’extrême droite le 24 avril ! » lance-t-il dans une tribune au journal Le Monde, lui qui est désormais prêtre à Caluire et qui s'était lancé il y a quelques mois pendant plusieurs jours dans un jeûne pour dénoncer la maltraitance des migrants à Calais.

"Mon appel n’a guère de chance d’être entendu – qui suis-je, d’ailleurs, pour prétendre avoir le droit d’être entendu ? –, mais je peux néanmoins espérer que quelques évêques oseront une parole claire, avant le dimanche du choix décisif. Je sais, aussi, que beaucoup de catholiques, laïcs, religieux (ses) et prêtres, ont (heureusement !) les mêmes attentes que moi", explique-t-il.

"40 % des catholiques pratiquants ont voté pour l’extrême droite ! C’est là un échec considérable pour l’Eglise et pour le christianisme en général"

"Les chiffres du premier tour de l’élection présidentielle sont terrifiants (selon une étude de l'IFOP) si on cumule les scores de Marine Le Pen, d’Eric Zemmour et de Nicolas Dupont-Aignan, 40 % des catholiques pratiquants ont voté pour l’extrême droite ! C’est là un échec considérable pour l’Eglise et pour le christianisme en général". ajoute-t-il.

"Appeler à voter, du même coup, pour le président sortant ne signifie pas, pour autant, donner à celui-ci un nouveau blanc-seing. Il y a dans ce pays trop de souffrances, trop d’inégalités, trop de colères pour que ce qui fait système depuis maintenant tant de décennies continue de la même façon. Mais les deux candidatures ne sont pas comparables. L’une n’est pas fermée à davantage d’humanité, l’autre nous conduit au chaos", conclut-il.

Christian Delorme avait été le grand témoin, la grande gueule, de Lyon Cap' en novembre 2021. Un long entretien à retrouver ICI.

Lire aussi : Christian Delorme, prêtre engagé : "L’immigration est un besoin démographique"

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut