Michel Delpuech préfet
© Eliot Lucas

Attentats : comment s'organise l'état d'urgence dans le Rhône ?

Aux renforcement de la présence des forces de l'ordre prévue par le plan vigipirate, s'ajoutent les dispositions particulières qui élargissent les compétences préfectorales.

Des compétences exceptionnelles dont Michel Delpuech n'hésitera pas à user au besoin. Le préfet du Rhône, et de la zone sud-est, est revenu ce midi devant la presse sur les dispositions induites par la proclamation de l'état d'urgence, hier soir, après les attentats perpétrés en Île-de-France. Après s'être entretenu avec son état major et la salle de crise interministérielle à Paris, Michel Delpuech a assuré qu'il ferait "tout pour maintenir l'ordre républicain".

Deux régimes d'état d'urgence

Michel Delpuech a précisé que l'état d'urgence proclamé durant la nuit prendra des formes différentes en Île-de-France et en province. Deux décrets sont parus au Journal officiel, instituant deux régimes distincts. Le premier décret proclame l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire métropolitain et la Corse, alors que le second vient renforcer ces dispositions en Île-de-France.

Les différences entre ces deux régimes ne sont néanmoins "pas si considérables", pour le préfet. Les principales dispositions de l'état d'urgence élargissent les compétences du préfet en lui permettant notamment de limiter ou d'interdire la circulation des individus, leur réunion, ou leur séjour sur le territoire. Dans le département du Rhône, Michel Delpuech a assuré qu'il n'hésiterait pas à utiliser ces compétences extraordinaires si le maintien de l'ordre en le nécessitait.

Les forces de l'ordre mobilisées sur des lieux clés

Dans le cadre de l'opération Sentinelle, "l'ensemble des moyens de police, de gendarmerie et militaires sont positionnés à leur maximum", a expliqué celui qui est aussi préfet de la zone sud-est. En Rhône-Alpes cela se traduit par le renforcement des patrouilles, la diffusion de consignes de vigilance et la systématisation des contrôles de la police aux frontières (Paf) dans l'Ain, en Savoie et Haute-Savoie ainsi qu'à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

"La mobilisation est maximale", selon Michel Delpuech, qui évoque également le renforcement du plan vigipirate. Les contrôles dans les gares et les lieux très fréquentés comme les centres commerciaux ont été accentués dès ce matin. Les ouvertures de sacs inopinées seront plus fréquentes et les forces de l'ordre plus présentes. De 52 équipages de police mobilisés ce matin on pourrait passer à 70 dans les prochains jours, les fonctionnaires en congés pouvant être rappelés.

1 commentaire
  1. LyobRebelle - sam 14 Nov 15 à 18 h 06

    Et la police va entrer dans les banlieues maintenant ? Non ? Ah bon... C'est comme d'hab alors.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut