Bernard Cazeneuve
© Tim Douet

Attentat en Isère : les conclusions du deuxième conseil de sécurité

Bernard Cazeneuve s'est exprimé après le deuxième conseil restreint présidé par François Hollande organisé ce samedi midi à l'Elysée.

Le ministre de l'Intérieur n'a annoncé aucune nouvelle grande mesure. Mais il a rappelé que la France et le gouvernement faisait tout pour protéger ses concitoyens après l'attentat perpétré à Saint-Quentin-Fallavier vendredi matin. La région Rhône-Alpes est particulièrement surveillée. "Nous avons décidé d'assurer par des gardes statiques et dynamiques la sécurité des lieux sensibles en région Rhône-Alpes. Il y aura également des gardes dynamiques autour des sites Seveso. On a rappelé aux industriels la marche en suivre", a déclaré Bernard Cazeneuve.

Le ministre de l'Intérieur ne veut pas que les Français cèdent à la panique : "Le gouvernement continuera d'agir sans trêve ni pause face à la menace terroriste". Mais il a surtout voulu répondre aux critiques de la droite. Nicolas Sarkozy a demandé que l’exécutif "tire impérativement toutes les leçons de ce nouvel attentat" par "une vigilance rehaussée". Bernard Cazeneuve a rappelé que "13 000 emplois avaient été supprimés entre 2007 et 2012" à l'époque où le chef des Républicains était Président de la République.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut