Stéphane Bern
Capture d’écran

Après la démission d'Hulot, le coup de gueule du Lyonnais Stéphane Bern

À la veille du lancement du loto du patrimoine pour lequel il est mobilisé depuis un an pour le compte du gouvernement, le Lyonnais Stéphane Bern ne veut pas tenir le rôle de guignol. L'animateur qui se "décarcasse pour trouver 20 millions d'euros pour le patrimoine vernaculaire des petits villages" n’apprécie visiblement pas qu'en parallèle, plus de 450 millions d'euros sont mobilisés pour rénover le grand Palais à Paris. Dans la presse quotidienne, il menace de quitter ses fonctions s'il n'est qu'un "cache-misère".

Un appel aux Français sous forme de coup de gueule. Alors que les tickets du loto du patrimoine débarquent à la vente ce lundi, l'animateur qui planche depuis un an dessus a fait parvenir publiquement ses doléances au gouvernement. Déjà à la mi-août, Stéphane Bern prenait le devant sur les ondes. "Si je suis simplement un prétexte pour faire bien, parce que je suis un animateur télé populaire, (...) et si je suis simplement instrumentalisé par le pouvoir, je partirai dans la seconde" prévenait-il sur RMC. Après la démission avec fracas de Nicolas Hulot du ministère de l'Ecologie, Stéphane Bern ne manque pas d'écorcher l'action du gouvernement en dénonçant dans la presse "les attaques contre le patrimoine, y compris au sein du gouvernement".

La loi ELAN d'abord, qui, largement critiquée sur le passage  de 100 à 10 % de logements neufs obligatoirement accessibles pour les personnes handicapées, est mise en cause du fait d'ouvrir, selon l'animateur, "la possibilité de se passer de l'avis conforme des architectes des bâtiments de France". L'annonce de mobilisation de 450 millions d'euros pour rénover le Grand Palais à Paris a également du mal à passer. "On a l'impression qu'il n'y en a que pour Versailles. [...] Et pendant ce temps, on me laisse me décarcasser pour trouver 20 millions d'euros pour le patrimoine vernaculaire des petits villages" , tâcle Stéphane Bern. Interrogé par BFM, l'Elysée tente de minimiser cette sortie. "Ses propos ont été mal compris. Il voulait alerter et sensibiliser sur le patrimoine. Il fait sur ce sujet un formidable travail et a été soutenu par un véritable engagement du président de la République", répond l'entourage d"Emmanuel Macron.

Dans l'entretien accordé aux journaux du groupe Ebra, Stéphane Bern espère que "les Français [lui] donnent raison, y compris contre le gouvernement et certaines personnes dans les ministères". Pour l'animateur, la participation à ce loto permettrait de "montrer que [le patrimoine], c'est une cause nationale". Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, 14 sites ont été déclarés prioritaires par Stéphane Bern et pourraient bénéficier de financement pour des rénovations si le loto dégage suffisamment de recettes. Parmi ces sites, l'aqueduc romain du Gier, à Chaponost.  Cette enfilade de 72 arches de l'époque gallo-romaine constitue la plus longue section d'aqueduc aérien en France et présente depuis les années 90 de nombreux signes d'érosion. Le 15 septembre, au lendemain du loto, une journée dédiée est organisée sur place avec la Française des jeux.

à lire également
L'aqueduc du Gier
De 49 384 euros collectés pour l'aqueduc romain à 150 euros pour le château Renaissance du Bon Repos, où en sont les dons des Français à la mission patrimoine orchestrée par le Lyonnais Stéphane Bern dans une région qui compte aujourd'hui près de 4 700 monuments classés ? Lyon Capitale fait le point en ce premier jour des Journées du patrimoine. 
1 commentaire
  1. Galapiat - 3 septembre 2018

    Aqueduc romain du Gier pas besoin de "S" il est unique !!!

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut