Anneau des Sciences de Lyon : les sondages du sol ont débuté

Certains promeneurs au sud-ouest de Lyon ont pu découvrir des plaques métalliques au sol avec l'inscription "Lyon Anneau des Sciences". Selon nos informations, des sondages du sol ont commencé pour ce projet visant à clôturer le périphérique de Lyon.

Début 2019, la métropole de Lyon a voté une enveloppe de 5,9 millions d'euros pour “des études, les sondages géologiques et la mise en place du dispositif de dialogue et de concertation” autour du projet de l'Anneau des sciences. Cette autoroute urbaine, en partie enterrée, doit permettre de boucler le périphérique de Lyon.

Depuis le début de l'année, de nombreuses polémiques ont éclaté autour du projet, jugé "climaticide" par certains, indispensable pour d'autres, ou tout simplement anachronique tant la mobilité urbaine pourrait radicalement changé lors des deux prochaines décennies. S'il se fait, l'Anneau des sciences entrerait en service dans les années 2030, hors, impossible de savoir ce que seront nos déplacements d'ici là. Interrogé régulièrement par Lyon Capitale sur la question, David Kimelfeld confiait en juillet 2018 : "On a encore besoin d’infrastructures. Pas forcément pour accueillir les mêmes modes de déplacement qu’il y a vingt ans. L’Anneau des Sciences, ça n’a de sens que si on pousse des modes alternatifs comme les transports en commun ou le covoiturage". En mars 2019, face aux polémiques, il avait annoncé "un oui, mais..." pour l'Anneau des Sciences (lire ici), souhaitant élargir le débat à celui de la mobilité. Une conciliation/concertation sur cette question sera ainsi intégrée à celle sur le plan Climat-air-énergie territorial qui débutera prochainement.

Des sondages du sol

En attendant, les études autour du projet ont été lancées sur le terrain. Selon nos informations et constatations, des sondages des sols sont en train d'être réalisés sur l'ensemble du tracé de la future voirie. Dans un document remis aux habitants à proximité des points de sondage, il est précisé : "Ces informations déterminent le  positionnement et la bonne insertion des futurs ouvrages (tunnels, portes,
puits de sécurité ...) et permettent de proposer des méthodes de construction adaptées". Des carottages verticaux entre 15 et 80 mètres sont ainsi réalisés, tout comme des horizontaux d'une longueur jusqu'à 100 mètres. Ils doivent permettre de déterminer la nature des sols et alimenter une base de données dédiée aux acteurs du projet, mais aussi de permettre la réalisation "des études préalables à l'enquête publique prévue en 2021". Les sondages sont majoritairement réalisés sur le domaine public, lorsqu'ils sont faits sur une parcelle privée, les propriétaires ont été informés. Du côté de la métropole, on précise que ces sondages ne signifient pas le lancement de la construction du projet, puisqu'ils ont vocation... d'études.

Dans le document remis aux habitants, un point est une nouvelle fois un éludé : où seront situés les possibles puits ou sorties destinés à évacuer les émissions des véhicules qui circuleront dans la super structure ? Car si certains veulent boucler le périphérique, rares sont ceux à vouloir une cheminée rejetant des gaz polluants et particules fines à proximité de leur lieu d'habitation. Sur ce point, l'Anneau des Sciences reste encore un mystère.

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
L'agence régionale de santé vient de livrer son bilan du coronavirus Covid-19 à Lyon et dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. On compte désormais 196 décès au 28 mars dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, tandis qu'un patient hospitalisé sur cinq est actuellement en réanimation.
Faire défiler vers le haut