Alternative Post liquidée

Comme prévu, Alternative Post, concurrent de La Poste, a annoncé sa liquidation judiciaire mercredi. C'est la fin des espoirs de 340 salariés en France. C'est la déception qui domine après la déclaration du PDG.

Le tribunal de commerce recevait aujourd'hui la direction d'Alternative Post. Au bout d'une vingtaine de minutes, le PDG est sorti pour annoncer aux quelques salariés et délégués syndicaux présents la liquidation judiciaire de leur entreprise. Dans le Rhône, l'entreprise met 80 salariés dans l'embarras, des salariés qui n'ont pas été payés depuis octobre. Cette décision, même si elle était redoutée, intervient brutalement. Réactions à chaud.

Eric Guffroy (CFDT communication) :

"Je suis très déçu. Tout ce qu'on peut regretter, c'est qu'une entreprise de 340 salariés finisse sa vie en 20 minutes. Mais, la priorité va au paiement des salaires. On a alerté le préfet et demandé une réunion tripartite qui aura lieu le 2 décembre avec la Direction du Travail, le liquidateur ou l'entreprise et les syndicats. Les salariés ne peuvent pas attendre, ils n'ont rien touché depuis septembre. C'est hors de question qu'ils passent Noël sans rien obtenir. On espère que le liquidateur ou la région pourront avancer des fonds."

Zacharia Saadallah (trésorier du Comité d'Entreprise - CFDT) :

"Je m'y attendais. La réunion extraordinaire du CE lundi dernier nous avait laissé peu d'espoir. Dans le comité, on est jeunes et inexpérimentés et on a fait une erreur, celle de signer le PV de la réunion. Cette signature, c'était comme si on donnait notre accord pour la liquidation. Sans cela, on aurait pu obtenir plus. Mais là, je crois qu'on devra se contenter du minimum."

lire aussi : Alternative Post liquidée dès mercredi ?

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut