Une partie des élus opposés au projet de construction de centrale nucléaire.

Ain : 168 élus s'opposent à une nouvelle centrale nucléaire

Samedi 22 octobre, 168 élus ont tenu à manifester leur opposition au projet de site nucléaire de Bugey, à Saint-Vulbas, alors qu'une enquête publique vient de se clôturer.

Ils sont 168 élus rassemblés pour s'opposer au projet de site nucléaire de Bugey, à Saint-Vulbas. Selon eux, l'installation d'une paire de réacteurs nucléaires EPR2 sera permise et facilitée par la modification du Schéma de cohérence territoriale Bugey Côtière Plaine de l’Ain (SCOT BUCOPA), qui était en enquête publique jusqu’à samedi. "Nous refusons ces réacteurs nucléaires coûteux, polluants et très dangereux pour la population et l’environnement", indiquent les élus dans un communiqué diffusé le 22 octobre, expliquant leur contribution apportée samedi matin auprès du Commissaire enquêteur, lors de la dernière permanence à Saint-Vulbas. "Nous ne voulons pas d’un avenir avec des EPR dans nos territoires".

Ils dénoncent par ailleurs des techniques irrégulières employées par leurs "adversaires pro-nucléaire", puisque ces derniers auraient "utilisé et partagé des mailing list d'élus locaux, sans demander l'autorisation. C'est inadmissible de la part d'élus de la république".

Bientôt un débat national sur le nucléaire

Le 13 octobre, ils étaient 100 à dénoncer le projet dans un communiqué, en estimant qu'une zone de risque "couvrira un foyer de population de plus de 5 millions de personnes, de Genève à la Métropole de Lyon".

Le 27 octobre, un débat public national portera sur la proposition d’EDF de construire six nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR2, dont les deux premiers seraient situés à Penly, en Normandie. Le débat durera quatre mois, jusqu'au 27 février 2023.

 

à lire également

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut