Agression sexuelle à Roanne : "En France on ne se fait pas justice soi-même"

Le père de la fillette de 6 ans victime d'une agression sexuelle à Roanne, dans la nuit du jeudi 20 octobre, va être poursuivi pour violences aggravées après avoir passé à tabac l'agresseur présumé, un adolescent de 16 ans.

Le père de la petite fille de 6 ans agressée sexuellement à son domicile de Roanne, dans la nuit du jeudi 20 octobre, et trois de ses amis vont être poursuivis par la justice pour des faits de violences aggravés. La nuit après le drame, ils avaient interpellé puis tabassé l'agresseur présumé de l'enfant avant d'appeler la police. "J'étais dans un état second, j'ai été tout de même un peu lucide pour appeler la police", a expliqué le père de famille. Âgé de 16 ans, l'agresseur présumé qui a été placé en détention provisoire s'est vu prescrire 10 jours d'ITT, ramenés à huit, suite à ces violences.

Une seconde enquête dans l'enquête 

Les quatre hommes qui l'ont passé à tabac seront bientôt convoqués par le commissariat de Roanne dans le cadre d'une enquête pour violences aggravées en réunion amenant des ITT. "En France on ne se fait pas justice soi-même. Je comprends la colère du papa, mais je ne comprends pas que celui-ci se soit déchaîné sur le jeune homme", a argumenté le procureur de Roanne, Abdelkrim Grini au micro de CNEWS.

Une enquête a donc été " ouverte contre le père de famille et ses trois acolytes". Selon le magistrat, leur "peine pourrait monter à sept années d'emprisonnements". L'agresseur présumé de la petite fillette pourrait quant à lui écoper d'une condamnation légèrement plus importante et "avoir une peine d'emprisonnement de 10 années". 

L'agresseur présumé de l'enfant nie les faits

Après l'agression, le père de la petite fille avait expliqué avoir fait des patrouilles avec ses amis autour de chez lui au cas où l'agresseur présumé reviendrait," car il n'y avait aucune patrouilles de police" ce soir-là selon lui. Ce à quoi le procureur de la République à répondu qu'après l'agression de l'enfant le jeudi soir la "priorité de était de traiter la procédure d’agression sexuelle" et d'ajouter "dans cette affaire la police et la justice ont bien fait leur travail et ont été rapides".

"Aujourd'hui [le jeune de 16 ans, NDLR] nie toujours les faits et est donc présumé innocent". Il doit être présenté le 30 octobre à un juge d'instruction

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut