Affaires de moeurs : Abou-Sofiane sort de prison

EXCLUSIF - Incarcéré à Fresnes depuis le 19 avril dans le cadre de l'affaire de proxénétisme qui a éclaboussé les Bleus, Abou-Sofiane.M vient d'être libéré. "C'est une décision conforme au dossier de l'instruction, nous a confié Maître Jérôme Boursican, l'avocat du jeune lyonnais. Abou-Sofiane réclame d'être entendu par les enquêteurs et espère que cette affaire est derrière lui." Abou a été remis en liberté après le versement d’une caution de 8.000 euros, sur décision de la chambre de l’instruction. Mais il reste sous contrôle judiciaire.

Dans notre numéro de mai, nous avions consacré un reportage sur ce Lyonnais soupçonné d’avoir présenté de jeunes filles -dont au moins l’une d’entre elles était mineure- à des footballeurs de l’équipe de France de football.

Abou, de la Nouvelle Star à la case prison

Société. Un jeune Lyonnais est au cœur de l’affaire de proxénétisme qui s’abat entre autres sur Franck Ribéry, Sidney Govou et Karim Benzema.

Il voulait être une star, qu’on le reconnaisse dans la rue. Abou-Sofiane.M, 30 ans, originaire de Genas (banlieue lyonnaise) est soupçonné d’avoir présenté de jeunes filles -dont au moins l’une d’entre elles était mineure- à des footballeurs de l’équipe de France de football. Abou, bien connu du monde de la nuit, a toujours été attiré par les strass et les paillettes. En 2004, il se présente à l’émission de télé-réalité, la Nouvelle Star sur M6, en passant quatre fois devant le jury, à Lyon, Toulouse, Marseille et Paris. Recalé à chaque fois. Malgré ces échecs, son passage à la télé lui donne droit à un statut de people dans les soirées lyonnaises. Rapidement, le jeune homme commence à se faire un nom dans le milieu de la nuit. Fervent supporter de l’Olympique Lyonnais, il parvient à se lier d’amitié, avec Hatem Ben Arfa, Sidney Govou et Karim Benzema. “J’ai souvent croisé Abou en soirée, il était accompagné de sportifs, pas mal de joueurs de foot. Il n’y a pas 36 000 people à Lyon, les stars ce sont les joueurs”, se souvient Laurent Argelier, journaliste people.

Abou, la cible idéale ?

Ambitieux et déterminé à réussir une carrière artistique, Abou-Sofiane devient animateur sur la chaîne “La Locale” et présente le “Abou Show”, un programme destiné à dénicher des nouveaux talents et à offrir une tribune aux recalés de la télé-réalité. À Paris, le jeune homme avait ses habitudes au Zaman Café, le café oriental des Champs-Elysées où ont été arrêtées les prostituées de l’affaire le 12 avril dernier. Grâce aux soirées, il possédait un carnet d’adresses bien fourni, dont il avait fait son fonds de commerce. Selon plusieurs témoins, il fut longtemps financé par une célèbre marque de champagne. “Abou, c’était un mythomane, dont le bonheur était d’affirmer qu’il avait des footballeurs comme amis”, détaille une source proche du dossier.

Une accusation que réfute l’un de ses cousins, qui a décidé de créer un groupe de soutien à Abou sur Facebook. “Abou, n’est en aucun cas un mytho, il connaissait parfaitement ces joueurs. Mais lui c’est un anonyme face à des stars et leur armée d’avocats. C’est facile de tout lui remettre sur le dos. Dans cette affaire, chacun doit prendre ses responsabilités”, confie-t-il. La famille d’Abou affirme que le jeune lyonnais n’est pas proxénète. “Il fréquentait de nombreux établissements de nuit mais cela ne fait pas de lui un proxénète. Abou ne roule pas sur l’or, je peux même vous dire qu’il m’est souvent arrivé de le dépanner”, poursuit son cousin.

Govou affecté

Mais, plus que l’amour de la fête, Abou est attiré par les stars. Et particulièrement les footballeurs. Selon les écoutes de la BRP, il appelle souvent Sidney Govou pour lui demander par exemple des places pour les matches. “Sidney est profondément blessé par cette histoire. Elle affecte ses proches et son honneur. Il n’a rien à voir avec cette affaire”, explique son avocat, Thierry Braillard. Et pourtant, depuis le nom de Govou cité dans les médias, pas un jour ne passe sans qu’il soit mis en corrélation avec cette affaire. Même Gérard Collomb ira de sa petite phrase. “Je crois qu’à partir du moment où les footballeurs sont un exemple pour beaucoup de Français, ils doivent avoir une conduite irréprochable. On ne peut pas dire à des jeunes “il faut que vous soyez dans la norme, dans la loi”, quand des gens qui sont emblématiques ne sont pas eux-mêmes dans la norme.” Sauf que lors de la relation supposée entre le joueur et la jeune prostituée Zahia D. , cette dernière était majeure. Sidney Govou était donc “dans la loi”.

Et c’est bien Gérard Collomb qui du coup est allé un peu vite en besogne. Quant à être “dans la norme”, l’emblématique maire de Lyon devrait demander une définition juridique de cette notion à Thierry Braillard, son adjoint aux Sports, par ailleurs avocat…de Sidney Govou. “Ce qui est drôle, c’est de voir l’étonnement du grand public. Dans le milieu du football, ce genre de choses est monnaie courante”, confie un journaliste sportif de renom qui a souhaité garder l’anonymat. Effectivement, on se souvient encore entre Rhône et Saône, de la “partie fine” organisée en 2007 par Sylvain Wiltord dans un hôtel lyonnais la veille d’un match contre Rennes.
-----------------------------------------------

Benzema le prochain ?

Zahia.D, la jeune prostituée à l’origine du scandale qui éclabousse le football français aurait reconnu avoir eu une relation sexuelle rémunérée avec Karim Benzema en 2008. Si son témoignage se confirmait, le jeune brondillant, pour avoir eu ce type de relations avec une mineure alors âgée de 16 ans, risquerait une peine de 3 ans de prison et une amende de 45 000 euros. Cette information révélée par Le Monde, est pourtant démentie par l’entourage du joueur qui remet en cause l’affaire même.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut