Accident de Marcoule : "aucune contamination" selon la Criirad

Photo : l'hélicoptère du SAMU, sur le site nucléaire de Marcoule (Gard), peu de temps après l'explosion d'un four servant à fondre les déchets radioactifs qui a fait 1 mort et 4 blessés.

Aucune contamination radioactive n'a été enregistrée par les balises de détection de la Criirad.

L'explosion, ce lundi en fin de matinée, d'un four servant à fondre les déchets radioactifs métalliques de faible et très faible activité, sur le site nucléaire de Marcoule (Gard), n'a entraîné aucune contamination à l'extérieur du site. Selon la Criirad (commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité), "aucune contamination n'a été détectée par les balises gérées par la CRIIRAD, dont le laboratoire assure une astreinte 24h sur 24".

"Une enquête est diligentée"

La Criirad gère en effet 6 balises dans la vallée du Rhône, dont trois sont proches de Codolet, le village où se situe le Centraco (centre de traitement et de conditionnement des déchets de faible activité), appartenant à la société Socodei, filiale d'EDF et lieu de l'explosion accidentelle.Il s'agit de la balise atmosphérique d'Avignon, à 21 kilomètres au sud-sud-est, de celle - aquatique - d'Avignon, à 17 kilomètres au sud-sud-est et de la balise atmosphérique de Montélimar, à 50 kilomètres au nord.

Selon l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le four qui a explosé contenait 4 tonnes de métaux dont la radioactivité globale était de 67 000 becquerels, soit moins de 17 becquerels par kilogramme. "C'est très, très faible. On ne s'attend pas à avoir un impact dans l'environnement". Aucun impact dans l'environnement donc, mais un mort et quatre blessés, dont un grièvement. "Une enquête est diligentée afin de déterminer les causes exactes de l’accident d’exploitation survenu dans le four" explique EDF.

à lire également
La centrale nucléaire du Bugey, à Saint-Vulbas (Ain) en 2011 © Jean-Pierre Clatot / AFP
Comme l’écrivait Lyon Capitale il y a deux mois, l’implantation d’un réacteur nucléaire nouvelle génération, de type EPR, semble inéluctable alors que les centrales de la région atteignent les 40 ans, crépuscule de leur espérance de vie. Le projet semble aujourd’hui se préciser, alors qu’EDF tente d’acheter des terrains autour de la centrale du Bugey.
2 commentaires
  1. geribook - 12 septembre 2011

    le nuage a été stoppé par les Alpes ... parait ... d apres un expert inconnu mais dont les recherches sont payées par Areva. quoi? je me trompe d événement?

  2. Juan Pedro - 14 septembre 2011

    La CRiirad déclare que ses balises ne peuvent pas mesurer la faible radioactivité et que celle installée sur Avignon l'est à 15 mètres du sol sous le toit de la mairie et donc pas là où se trouvent les êtres humains (comme les mesures effectuées à Fukushima par les autorités à 20m du sol). En revanche des citoyens ont effectué des mesures indépendantes dans le Vaucluse, le Gard et l'Herault et entre 14h et 17h30 de la radioactivité a été détectée dans des proportions de 4 à 10 fois supérieure à celle des jours précédents. En savoir plus sur http://www.coordination-antinucleaire-sudest.org

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut