L’Autre Soie dans le bâtiment de l’ancien IUFM ©CCO

À Villeurbanne, l’Autre Soie contre-projet à l’entre-soi

Le projet qui allie logement, économie sociale et solidaire et culture sur la zone de l’ancien IUFM va être financé à hauteur de 5 millions d’euros par la Commission européenne.

Le projet L'Autre Soie, aussi nommé Home Silk Road, a été désigné lauréat par la Commission européenne de l'appel à projets Urban Innovative Action (UIA). Une récompense qui va apporter 5 millions d'euros au projet prévu sur le site de l’ancien IUFM, non loin du Carré de Soie. Home Silk Road a été retenu, avec 19 autres projets, parmi 179 dossiers.

Salle de concert de 1 000 places

L’annonce a été saluée ce jeudi par Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, et David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon. L'Autre Soie prévoit la construction de 14 900 m2 d'habitat (allant du logement social à l'accès à la propriété, ainsi qu'une résidence étudiante). Un parc immobilier couplé à 5 000 m2 de locaux destinés à l'activité tertiaire, notamment à l'économie sociale et solidaire. Enfin, 3 000 m2 seront dédiés à l'activité culturelle, dont une salle de près de 1 000 places, un centre culturel et social et un amphithéâtre.

Ce lieu polymorphe est représentatif de la politique menée par la métropole, a affirmé David Kimelfeld : “Ce projet est exactement l'idée que l'on se fait de la métropole. Un espace attractif pour les entreprises et qui reste attentif envers les plus fragiles et les plus en difficulté. La métropole doit montrer qu'elle est inclusive pour rester attractive.”

Occupation durant la réhabilitation

Le coût global de L'Autre Soie est évalué à 75 millions d'euros. Les travaux vont commencer rapidement et s'étaler jusqu'en 2026. D'ici là, plusieurs bâtiments seront livrés, comme celui de l'IUFM d'ici à 2023. Le financement, entièrement public, ne passera pas par un promoteur et s'appuiera sur le GIE Est Habitat, le CCO et un financement de droit commun auquel participera la métropole. Durant la phase de réhabilitation, 22 associations vont occuper temporairement le bâtiment, dans un espace de coworking autour de quatre pôles : artisanat, inclusion, laboratoire de la ville et art & culture.

à lire également
Lyon la nuit – La rue de la République © Tim Douet
Au XXIe siècle, la lumière artificielle nocturne est sortie d’un usage purement fonctionnel pour contribuer à la mise en valeur du patrimoine. Lyon avait pris ce tournant en 1989 avec le plan Lumière de Michel Noir et Henry Chabert. Depuis, la municipalité s’est attachée à éclairer une myriade de bâtiments publics. Allant jusqu’à illuminer un parc fermé au public. Pour le patrimoine architectural, transformé en atout touristique, comme pour les promoteurs du parc privé, il faut être vu, même la nuit, donc briller. Une fuite en avant contreproductive : à trop éclairer, point le risque de ne plus rien distinguer.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut