maire de saint fons christian duchene
Le maire de Saint-Fons, Christian Duchêne tente de reconstituer une majorité. (@NC)

A Saint-Fons, le maire reconstitue une majorité avant un nouveau vote du budget

A deux jours d'une nouvelle mise au vote du budget 2024, rejeté lors du dernier conseil municipal, le maire de Saint-Fons poursuit sa quête d'une nouvelle majorité.

Un peu plus de dix jours après le rejet du budget 2024 en conseil municipal, le maire de Saint-Fons, Christian Duchêne s'apprête à le proposer de nouveau au vote ce jeudi 28 mars. Lâché par une partie de sa majorité, dont six élus qui se sont ainsi vu retirer leur délégation, l'édile travaille à la constitution d'une nouvelle majorité avec les membres du groupe Saint-Fons autrement, aujourd'hui séparé en deux groupes : La France insoumise d'un côté, le Parti socialiste de l'autre, mené par l'ex-candidate à la mairie, Michèle Edery, en pôle position pour récupérer le poste de première adjointe, vacant depuis que Nadia Touris a été sanctionnée par le maire.

Lire aussi : A Saint-Fons, un maire isolé, à la tête d'une commune bientôt sous tutelle ?

"Des ragots colportés pour tenter de me décrédibiliser"
Christian Duchêne, maire divers gauches de Saint-Fons
Tweet

Toujours soutenu par huit élus de son groupe Saint-Fons citoyenne et unie et par les deux élus PCF, le maire a convoqué la presse à deux jours d'un conseil municipal décisif pour "apporter des faits" face la "propagation d'un discours mensonger", juge-t-il. Si Nadia Touris et sept autres membres de la liste majoritaire se sont opposés au maire, c'est qu'ils jugent sa gouvernance "autoritaire". "Les adjoints et conseillers font des revendications au maire qu'il n'écoute pas", expliquait ainsi l'ex-première adjointe dans nos colonnes. Pour Christian Duchêne, ces allégations sont "des ragots colportés pour tenter de (le) décrédibiliser".

Lire aussi : Saint-Fons : après le rejet du budget, six élus perdent leur délégation

L'édile déplore par ailleurs le rejet du budget par des élus "qui sont intervenus en conseil sans même le critiquer". Et de rappeler avoir organisé en novembre 2023 un séminaire pour définir les priorités du texte, axé sur la transformation de la ville, la solidarité et la tranquillité. "Le 15 janvier 2024, nous avons eu le débat d'orientation budgétaire, il n'y a eu aucune remarque sinon des encouragements", assure Christian Duchêne qui insiste : "Un budget comme ça, quand on est de gauche, je ne vois pas comment on peut ne pas le voter."

Une cabale politique ?

Le maire défend un texte solide, sans emprunt malgré environ 12 millions d'euros d'investissement pour "12 projets d'ampleur dont la construction du nouveau groupe scolaire Rosa Parks", et se targue par ailleurs d'avoir conclu un accord avec les organisation syndicales sur la mise en conformité du Régime indemnitaire sur les primes des agents municipaux, texte à l'origine des tensions avec son ex-première adjointe. "Pendant que certains s'agitent, il y'en a qui bossent", lance Christian Duchêne. S'il ne fait l'expression sienne, l'édile n'exclut pas être victime d'une "cabale" politique à laquelle il assure ne voir aucune origine dans son gouvernance. "Il me semble être un petit gars sympa", lance-t-il.

Jusqu'à relever dans les résultats d'une enquête administrative menée à la suite de la suspension du chef de sa police municipale, "des témoignages faisant part d'une instrumentalisation politique qui cherchait à m'affaiblir". Engagé dans un recours pour "harcèlement" contre sa hiérarchie, l'homme devrait par ailleurs être sanctionné administrativement. "Une quinzaine de personnes a été entendue. De nombreux témoignages font part de manquements", assure Christian Duchêne qui relève "une proximité entre des élus et ce chef de service". La plainte déposée par l'ex-maire de droite, Nathalie Frier, pour prise illégale d'intérêts serait selon le maire un élément supplémentaire à cette cabale, dont le timing interroge.

Lire aussi : L'ex-maire de Saint-Fons porte plainte pour prise illégale d'intérêts contre son successeur

Cabale ou non, Christian Duchêne a deux jours devant lui pour confirmer sa nouvelle majorité et ainsi sortir sa commune d'un blocage mortifère. Il devra également élaborer avec elle un plan pour les deux ans de mandat à venir, qui s'annoncent mouvementées.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut