A Pierre-Bénite, Arkéma invente le caoutchouc autoréparable

Une équipe de chercheurs parisienne, financée à hauteur de 4 millions d'euros par Arkéma Pierre-Bénite, vient de mettre au point le premier caoutchouc de la planète autoréparable. La vidéo, mise en ligne sur le site de la prestigieuse revue scientifique Nature, est bluffante*. On voit un chercheur couper un morceau de lanière élastique en deux, et remettre les deux morceaux bout à bout. Et, magie, ils se recollent quasi instantanément, une demi-heure suffisant pour récupérer l'essentiel des propriétés initiales du matérieu. On peut donc étirer la lanière sans qu'elle recasse à l'endroit où elle avait été coupée.

Des préservatifs autocicatrisants
A Pierre-Bénite, Arkema se frotte les mains : "Si ça aboutit aux propriétés que l'on souhaite, ça va véritablement changer notre quotidien ? s'enthousiasme Manuel Hidalgo, ingénieur expert en polymères au centre de recherche d'Arkéma. Et la propriété numéro 1, c'est la résistance. Dans 5 ans, le chimiste lyonnais espère pouvoir commercialiser les premières applications de cet élastomère inédit. "Cette découverte pourrait être applicable à de nombreux objets de la vie courante qui pourront être réparés de façon rapide et facile" ajoute Manuel Hidalgo. Joints en tous genres, vêtements, chaussures, jouets, tétines pour bébés, pneus, lunettes de ski, préservatifs, etc.

http://www.nature.com/nature/videoarchive/selfhealingrubber

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut