tournoi de pentecoté boules Bellecour
@Comité bouliste départemental du Rhône et Métropole de Lyon

A Lyon, on s’en serait bien passé !

La disparition de la “chenuse et canante” tradition bouliste de la place Bellecour depuis 1894.

“Vous vous rendez compte, les gones, un évènement d’une telle renommée tomber, d’un coup d’un seul, en bave ! Finir aux équevilles comme de vieux raclons, de curailles, de barafutes, s’abouser comme de la pâte à bugne mal pitrognée ! (…) Allez, ressaisissez-vous bande de grands gognands ! Vous n’allez tout de même pas me laisser filer une telle tradition. Quand on pense que cette chenuse et canante tradition bouliste devait fêter cette année ses 150 ans…”

@Comité bouliste départemental du Rhône et Métropole de Lyon

Nul besoin d’être Lyonnais pur jus pour saisir toute la truculence, et le désarroi, du père Craquelin. Dans le dernier numéro du Journal de la Renaissance du Vieux-Lyon, alias Gérard Truchet, président des Amis de Lyon et Guignol, a les boules. L’expression, certes un brin familière, est de circonstance : le fameux Tournoi de Pentecôte de Bellecour n’est plus. Depuis 1894, la place était devenue le point de ralliement des amateurs de boule lyonnaise, suite à l’organisation, trois jours pendant la Pentecôte, d’un tournoi de boules ayant réuni pas moins de 1 248 joueurs. Au fil des années, l’événement était devenu une compétition d’envergure internationale, s’imposant comme un temps fort de la pratique bouliste et, surtout, comme une tradition lyonnaise, au point que l’on a pu prétendre que Lyon était “capitale des boules”. Manque d’inscriptions et baisse drastique des subventions égrènent les organisateurs. Qu’importe. Il faut tout faire, comme disent les Québécois, pour ressortir le Tournoi de Pentecôte de Bellecour des boules à mites !

Sport boules – Petites et grande histoires de la boule lyonnaise – René Petit - 1995

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut