Le cortège des lycéens et collégiens pour le climat à Lyon, le 15 mars. (ET/Lyon Capitale)

À Lyon, les lycéens sèchent les cours pour sauver le climat

12 000 collégiens et lycéens ont manifesté à travers Lyon cet après-midi, vendredi 15 mars, pour interpeller les politiques sur la question climatique.

Tambour, trompette et une myriade de panneaux en carton. Le cortège des collégiens et lycéens pour interpeller les personnalités politiques sur l’urgence climatique a les atours d’une fête. 12 000 jeunes ont manifesté entre la place Bellecour et le bâtiment de la métropole de Lyon à Part-Dieu.

L’événement a débuté par un pique-nique à midi place Bellecour avec quelques centaines de participants. Mais la foule a sérieusement grossi à 13h30 avec des cohortes de jeunes qui sortaient des bouches de métro, accueillies par les applaudissements de ceux qui étaient déjà sur place.

Le visage peinturluré de vert et jaune pour la plupart, ils avançaient en scandant “Et un, et deux, et trois degrés ! C’est un crime contre l’humanité ! “ Ophélie, en première littéraire dans le centre-ville de Lyon l’assure : “Presque toute ma classe est venue, les professeurs ne comptaient pas les absences cet après-midi“.  Les collégiens et lycéens étaient en effet appelés à ne pas se rendre en cours par les 25 associations ayant lancé le mouvement. Parmi celles-là on retrouve Greenpeace Lyon, Pacte Finance Climat, Lyon Climat, Oxfam, La Ville à Vélo…

Une jeunesse qui s’engage

Beaucoup témoignent leur attachement aux questions environnementales. “Normalement ce sont les adultes qui sont censés changer les choses. Là on a l’impression qu’on est les seuls à se motiver“ déplore Yann, en terminale sur la presqu’île. Reviennent souvent des critiques de la politique “des petits pas“ associée à Emmanuel Macron. “Le climat c’est plus important que le Baccalauréat. Avec toutes les manifestations en France et dans le monde, le Président de la République a la pression “clame Yann. Louana, elle, reconnaît qu’elle “ne comprend pas tout à la politique d’Emmanuel Macron, mais comprend qu’il n’en fait pas assez pour le climat“.

Malgré les divergences politiques, sociales et culturelles, l’urgence d’agir pour le climat semble faire consensus. En témoignent les scouts de France, reconnaissables à leurs chemises de couleurs et leurs foulards, à proximité d’un groupe abordant des drapeaux “Jeunes communistes de France“. Le cri “anticapitaliste“ est d’ailleurs l’un des plus repris en tête de cortège. A l’arrivée, plusieurs ont entrepris de planter des arbres devant le bâtiment de l’hôtel de la Métropole.

Des jeunes divisés sur les “gilets jaunes“

On pouvait apercevoir une petite vingtaine de gilets-jaunes au début de la manifestation. “Je ne suis pas venir soutenir des enfants, mais êtres humains. On n’est pas là pour les encadrer ou leur apprendre quoi que ce soit. Le climat c’est aussi une problématique des gilets jaunes“, assure Joël, la soixantaine, se décrivant comme un “humaniste“ lorsqu’on lui demande sa profession. Liant justice sociale et justice environnementale, la majorité du groupe assure aller à Paris dans la soirée pour la 18e mobilisation.

Une alliance certes acceptée avec enthousiasme par la plupart des jeunes interrogés, mais pas encore suffisamment approfondie pour les faire se déplacer le samedi dans la rue. “Pour l’instant, je ne me sens pas très concerné par le mouvement des gilets jaunes. Je trouve que la lutte contre le réchauffement climatique est plus importante“, déclare Sacha, en terminale scientifique. Pourtant d’autres souhaitent se mobiliser. “Moi je serai dans le cortège des gilets jaunes, mais plus pour les réformes qui concernent l’entrée à l’université“ assure Chloé avec un drapeau du syndicat Solidaires dans la main.

Un encadrement pacifique

Bien que les gendarmes étaient nombreux, ils sont restés à distance en tête de file et à la fin. “Les marches pour le climat, généralement, se passent bien“, souffle un policier. Dans le peloton, la manifestation était encadrée par le collectif écologiste Alternatiba pour guider les lycéens et collégiens. Aucun débordement n’a été relevé malgré le nombre. 12 000 personnes, c’est d’ailleurs plus que ce qu’annonçaient les réseaux sociaux sur les pages d’appel à la marche. La préfecture, les policiers et organisateurs s'accordent tous sur la bonne ambiance de la manifestation.

 

à lire également
Il a dîné avec Gérard Collomb, pris le petit déjeuner avec David Kimelfeld, présent à Lyon durant deux jours, le président Emmanuel Macron a livré un premier conseil aux deux futurs candidats. 
2 commentaires
  1. JANUS - 16 mars 2019

    Les lycéens qui sèchent les cours. Ils pourront étancher leur soif le samedi soir en bench-drinking !

  2. Galapiat - 16 mars 2019

    on peut être très attaché au changement environnementale mais rester conscient de notre impuissance face aux cycles climatiques et être présomptueux que de croire que nous pourrons avoir un action sur son évolution .

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut