Vidéo : les taxis manifestent devant le bureau d’Uber à Lyon

À l’appel des syndicats, entre 300 et 500 taxis ont manifesté à Lyon ce jeudi 25 juin contre l’application UberPOP. Entre opérations de blocage et manifestations à la Part-Dieu devant les bureaux vides d’Uber, la situation est globalement restée calme.

Ils ont lancé leur opération dès 8h ce jeudi matin. Les taxis lyonnais ont manifesté contre l'application UberPOP, qu'ils accusent de concurrence déloyale. Après avoir lancé quatre convois pour bloquer les points stratégiques de l'agglomération, les taxis se sont ensuite regroupés au pied de la tour Oxygène, à la Part-Dieu, pour manifester devant les bureaux d'Uber à Lyon.

La manifestation s'est globalement déroulée dans le calme, malgré quelques moments de tension entre les CRS, déployés devant la tour, et les centaines de taxis présents. "Vous protégez des voyous !", "État complice !", "Macron démission !" scandaient les taxis, excédés. La tension est montée d'un cran lorsqu'une personne travaillant dans l'un des bureaux voisins a affiché le nom d'Uber sur la fenêtre. Les manifestants ont alors essayé d'accéder à la tour, mais en ont été empêchés par les CRS.

Alors que leurs représentants étaient reçus ce jeudi par Bernard Cazeneuve, les taxis s'impatientaient devant les grilles des CRS. Plusieurs tensions ont éclaté, notamment entre les manifestants, qui commençaient à perdre patience. Certains souhaitaient se rendre devant la préfecture, d'autres partir à la recherche de chauffeurs UberPOP. Ils sont finalement restés tout l'après-midi devant la tour Oxygène. La tension est peu à peu retombée. Les manifestants, moins nombreux, étaient toujours sur place à 17h. Ils ont annoncé qu'ils "recommenceraient demain et après-demain", jusqu'à ce qu'ils aient obtenu gain de cause.

1 commentaire
  1. capitaine papy - ven 26 Juin 15 à 8 h 20

    Il faut interdire d'exercer ce métier à son propre compteCe type de transport est devenu trop marginal. Chacun fait comme il veut et ça vire dans le n'importe quoi ! Arnaque, tarifs injustifiés, choix de la clientèle, fiscalité etc... Ont tombe dans l'anarchie la plus complète c'est la loi de la jungle!Il faut adopter le principe des taxis uniques géré par les villes et régions. Des taxis facilement repérable par la couleur et la marque du véhicule avec un n° d'identification bien visible. Il faut que le chauffeur reste un employé de la ville et n'est plus la possibilité d'en faire sa propre entreprise!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut