Vélo'v Vesco
© DR (montage LC)

Qui va remplacer Gilles Vesco “Monsieur Vélo’v” après sa démission ?

Fin août, nous vous annoncions en exclusivité la démission de Gilles Vesco de son poste de conseiller délégué en charge des nouvelles mobilités. Alors que les associations qui militent pour des “modes actifs” de déplacement s’inquiètent de ce départ, qui pourrait le remplacer ?

À quelques mois du nouveau contrat Vélo’v, Gérard Collomb perd un symbole. Gilles Vesco a démissionné de ses fonctions de conseiller délégué en charge des nouvelles mobilités. L’élu a choisi de retourner dans le monde professionnel et de retrouver son ancienne activité de gestion de résidence hôtelière. Il reste conseiller métropolitain et membre de la commission permanente. Fin juin, il avait dressé un bilan de son action en rappelant que le Grand Lyon disposait aujourd’hui de 670 kilomètres de pistes cyclables, avec un trafic cycliste multiplié par quatre. Premier centriste démocrate à avoir rejoint Gérard Collomb en 2001, Gilles Vesco est aussi le premier à le quitter. Il n’a pas fait de déclaration, se contentant d’expliquer son choix par “un poste à plein temps incompatible avec un mandat exécutif”.

Pas de nouvelle élection

Selon nos informations, il n’y aura pas de nouvelle élection de conseiller délégué pour remplacer Gilles Vesco. Gérard Collomb ne souhaite pas revivre la scène de l'élection de Ludivine Piantoni, élue à la commission permanente alors qu'il ne l'avait pas choisie.

La délégation de Gilles Vesco devrait être répartie entre plusieurs élus de l'exécutif. Karine Dognin-Sauze, vice-présidente en charge de l'innovation, récupérerait le volet de la mobilité intelligente, un sujet qu'elle a déjà expérimenté dans le cadre du projet Sunmoov' et sa flotte de véhicules en autopartage (qui s'est soldé par un échec faute d'utilisateurs).

Martial Passi à la place de Vesco ?

Toujours selon nos informations, le reste de la délégation de Gilles Vesco pourrait revenir à Martial Passi, vice-président en charge des déplacements et de l'intermodalité. Néanmoins, le fait que le maire de Givors pourrait être renvoyé devant le tribunal correctionnel de Lyon pour "prise illégale d'intérêts" et "recel de prise illégale d’intérêts" suite à la nomination de sa sœur à la tête de la direction générale des services de Givors pourraient poser problème. Le poste de "Monsieur Vélo'v" ayant une certaine aura à l'internationale, cette affaire générerait cette nomination.

Les associations veulent garder la dynamique

Du côté des associations de cyclistes, on s'inquiète. Fabien Bagnon du collectif Valve espère voir arriver "un usager du vélo". Pour Valve, Gilles Vesco marquait des points en étant "un cycliste du quotidien avec une approche différente, car il rencontrait les mêmes difficultés et avait les mêmes usages de la route". Avec le départ de Gilles Vesco le collectif Valve s'interroge : "On était sur une bonne dynamique, celle qui permet de faire partie des meilleures villes. Nous souhaitons que Lyon soit un leader derrière Strasbourg et ne se fasse pas distancer par Paris qui a mis le paquet". Gérard Collomb est prévenu, Anne Hidalgo est en embuscade et il vient de perdre l'un de ses meilleurs coureurs.

1 commentaire
  1. JeanYves - 9 septembre 2016

    Un acteur majeur tout de même ce Gilles Vesco, mais personne est irremplaçable, des personnes compétentes pourront très bien faire le travail.Cela me fait penser à mon activité de pompes funèbres où le boss a démissionné, un début très compliqué mais qui a fini par se résoudre ! 🙂

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut