Lilian Thuram : “Une question d’éducation”

De passage à la Fnac Bellecour, Lilian Thuram s’est confié à Lyon Capitale à l’occasion de la sortie de son premier ouvrage intitulé : “Mes étoiles noires” de Lucy à Barack Obama.

Nelson Mandela, Tommie Smith, Rosa Parks ou Mumia Abu-Jamal, dans “Mes étoiles noires”, l’ancien footballeur brosse le portrait de 40 personnalités à la peau noire qui ont marqué l’histoire. “C’est la méconnaissance qui induit le racisme. Savoir qu’il peut exister, parmi nos étoiles des personnages de toute couleur et de tout sexe permet de dépasser les préjugés racistes ou sexistes”, confie-t-il. Lilian Thuram entend bien mettre sa notoriété au service d’une lutte qu’il estime juste et nécessaire. Sans tomber dans une certaine victimisation. “Chacun des personnages de mon livre quitte son état de victime, dépasse sa couleur de peau pour arriver à lutter contre les injustices. Il ne faut pas chercher à tout pris un coupable mais faire en sorte de vivre tous ensemble”, poursuit-il.

Tout le contraire du débat sur l'identité nationale, "qui a voulu diviser la société française. Un piège dans lequel nos compatriotes ne sont pas tombés", se réjouit-il. A la lecture du livre de Lilian Thuram on apprend que la traite négrière n’était pas une confrontation entre Noirs et Blancs. “C’était un commerce, un système organisée, structurée. À la même époque, il y avait en France, le servage, qui se rapproche de l’esclavage. C’est bien la preuve qu’il s’agit bien d’une exploitation de l’homme par l’homme”, souligne l’ancien joueur de l’équipe de France. Lilian Thuram tient à rappeler que la meilleure façon de lutter contre le racisme et l'intolérance "c'est d'enrichir ses connaissances et nos imaginaires".

R.B

Mes Etoiles noires. De Lucy à Barack Obama de Lilian Thuram, avec la collaboration de Bernard Fillaire. Edition Philippe Rey, 400 pages, 18 €.

à lire également
Aden, 28 janvier 2016 © Saleh al-Obeidi / AFP
Depuis son entrée dans le conflit yéménite, l’Arabie saoudite commande des armes à tour de bras. Aux géants de l’industrie américaine, britannique, mais aussi aurhalpine. Missiles roannais de Nexter, blindés de Renault Trucks... Enquête sur les ventes d’armes locales aux pays accusés de crimes de guerre au Yémen.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut