L'Autre direct avec Laurent Lefèvre
©Romane Guigue

“L’informatique consomme la production de 120 réacteurs nucléaires”

Depuis une dizaine d’années à peine, des chercheurs se penchent sur l’impact environnemental de l’informatique au sens large. Pour en parler, Lyon Capitale a rencontré Laurent Lefèvre lors de la Nuit européenne des chercheurs, ce vendredi à Villeurbanne.

L'informatique peut-elle être écolo ? À première vue, respect de l'environnement et nouvelles technologies ne font pas tellement bon ménage. Entre les terminaux mobiles, les réseaux et les data centers, l'électricité consommée chaque année dans le monde équivaut "à la production de 120 réacteurs nucléaires", indique Laurent Lefèvre, chercheur à l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) localisé à l'ENS Lyon. Pour se faire une idée plus précise, il s'agit de rappeler que la France compte 58 réacteurs nucléaires répartis sur 19 sites. L'informatique nécessite ainsi deux fois la production du parc nucléaire français pour subvenir aux besoins d'utilisateurs dont le nombre ne cesse d'augmenter.

Afin d'éviter "le gaspillage" et d'optimiser les ressources au niveau matériel et logiciel, Laurent Lefèvre travaille au développement d'une informatique "plus raisonnée, qui consomme moins tout en répondant aux besoins des utilisateurs". Matières premières épuisables, difficultés à recycler les métaux utilisés et cercle de production polluant et peu vertueux, le chercheur détaille dans L'Autre Direct les "pistes d'espoir" pour mettre l'informatique en phase avec la réalité de notre planète.

Retrouvez l’intégralité de notre entretien avec Laurent Lefèvre dans la vidéo ci-dessous.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut